BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)
Le courage c'est de chercher la vérité et de la dire ; ce n'est pas de subir la loi du mensonge triomphant aux services d'intérêts obscurs. (Ouragan d’après Jean Jaures)

Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements.

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

samedi 22 février 2014

LES 10 VÉRITÉS SUR LE LOUP


Les 10 vérités sur le loup



La fin annoncée de l'élevage des moutons et une menace pour tous les animaux élevés en plein air


Vous trouverez en bas de page un lien pour une version d'origine à imprimer et à diffuser



1 - NON- Le loup n’est pas une espèce rare et menacée 
La planète Terre compterait 350 000 loups en progression dans tous les continents. Les plus gros réservoirs de loups sont le Canada, la Russie, la Mongolie, l’Asie Centrale et l’Union Européenne, qui avec plus de 15 000 loups, a déjà une population plus importante que les États-Unis, Alaska compris ! Le loup est une espèce à la dynamique extrêmement vigoureuse, remarquablement adaptée à tous les environnements : toundra, forêt, steppe, désert, grandes plaines céréalières, montagnes, abords des grandes villes. En France, c’est une population de 250 à 300 loups avec une croissance de 20 % par an qui, après les Alpes, colonisent la Franche-Comté, la Lorraine, la Champagne, le sud du Massif Central et l’est des Pyrénées. Faut-il mettre en péril l’élevage des moutons, les paysages qu’ils entretiennent et le patrimoine culturel immémorial transmis par les bergers pour rajouter encore quelques centaines de loups sur nos territoires ?
Sources : UICN – Kacsensky P., Chapron G., von Arx M., Huber D., Andrén H., Linnell J., 2013, Status, management and distribution of large carnivores (bear, lynx, wolf & wolverine) in Europe, LCIE, Commission Européenne – Landry J.M., 2006, Le loup, Ed. Delachaux et Niestlé, 240 p.

2 - OUI - Ce sont les loups qui tuent les moutons, pas les « chiens errants » !
Certains défenseurs du loup affirment depuis des années que ce n’est pas le loup, mais le chien errant qui attaque les brebis et les agneaux. Des chiffres extravagants circulent selon lesquels des centaines de milliers d’ovins seraient tués chaque année par des chiens. Mais ces affirmations ne reposent sur aucune étude scientifique. En réalité, rares sont les chiens livrés à eux-mêmes dans la nature en France, et leur durée de vie est très brève.
Il peut se produire des attaques de chiens échappant au contrôle de leur maître, mais une publication récente montre qu’elles sont rares (en moyenne une tous les cinq ans sur un troupeau donné) et que les pertes sont minimes : en moyenne, moins d’un mouton sur 400 est tué, blessé ou porté disparu suite à une attaque de chien chaque année. Et surtout ces chiens divagants ne sont pas discrets, ils aboient, ils sont vus à l’attaque et rapidement mis hors d’état de nuire. Rien à voir avec l’incomparable furtivité du prédateur sauvage. Dès que les loups arrivent, les attaques se multiplient et le nombre de bêtes perdues augmente en flèche : oui, ce sont bien les loups qui tuent les moutons !
Sources : Brunschwig G., Brosse-Genevet E., Dumontier A. et Garde L ., 2007, Dégâts de chiens divagants et de prédateurs sauvages hors zone à loups : résultats d’enquêtes sur 7 territoires d’élevage. 14e Rencontres Recherches Ruminants, Paris, 3-4 décembre 2007, p. 165-168 – Les données américaines et britanniques montrent également des niveaux de pertes dues aux chiens très faibles et comparables à la situation française : USDA, 2007, Sheep and Lamb Predator Death Loss in the United States 2004. USDA ; Taylor K., Anderson P., Taylor R., Longden K., Fisher P., 2005, Dogs, access and nature conservation, Report n° 649, E nglish nature Research Project.

3 - OUI - Les dégâts des loups sur l’élevage sont très importants !
En France en 2012, 5779 brebis et agneaux, 264 chèvres, 49 veaux, 5 chevaux et 5 chiens ont été reconnus comme victimes des loups et indemnisés. Les pertes ont doublé en 3 ans. En 2013, le total provisoire atteint 6 147 animaux d’élevage. Ce sont les Alpes du Sud qui paient le plus lourd tribut : dans les Alpes-Maritimes et le Var, les pertes annuelles atteignent plus de 3 % des ovins présents en zone à loups ; et nombreux sont les éleveurs qui subissent des attaques répétées chaque année. Les attaques sont nombreuses également en Rhône-Alpes et touchent de plus en plus le Languedoc-Roussillon, la Franche-Comté, la Lorraine et la Champagne.
Encore faut-il préciser que toutes les victimes du loup ne sont pas retrouvées ou reconnues : au total, sur trois brebis tuées par le loup, seules deux sont retrouvées, attribuées au loup, et indemnisées par l’État. Mais ces pertes ne prennent pas en compte les brebis stressées qui font moins d’agneaux, les agneaux élevés en plein air qui perdent du poids, enfin les familles d’éleveurs qui sont à bout sous la pression constante des meutes sur leur troupeau.
Sources : Données DREAL et DRAAF Rhône-Alpes – CERPAM, 2007, Loup- Élevage. S’ouvrir à la complexité. Le point technique sur 4 années de recherche sur les systèmes d’élevage en montagnes méditerranéennes confrontés à la prédation. Actes du séminaire des 15-16 juin 2006 à Aix-en-Provence.

4 – OUI - Les éleveurs protègent leurs troupeaux, mais le loup s’adapte !
Dans les Alpes, 90 % des troupeaux de moutons étaient gardés par des bergers avant l’arrivée du loup. Les autres faisaient l’objet de visites quotidiennes, au bien pâturaient dans des parcs clôturés.
Mais cette forte présence humaine s’est révélée très insuffisante avec la menace nouvelle des loups. En 2013, 1434 « contrats de protection» avaient été engagés par des éleveurs avec financement partiel par l’État et l’Europe : chiens de protection, regroupement nocturne des troupeaux, gardiennage renforcé. Les éleveurs doivent assumer 20 % des coûts engagés pour protéger les troupeaux, en plus des contraintes et du stress qu’ils subissent.
Mais au fil du temps, les loups non menacés apprennent que l’approche du troupeau ne comporte aucun risque pour eux. Ils insistent, ils reviennent, ils épuisent le berger et les chiens, enfin ils attaquent en leur présence !
La surprotection des loups est une grave erreur, seul le maintien de la peur de l’homme aurait été susceptible d’écarter les loups des troupeaux protégés.
Sources : Données DRAAF Rhône-Alpes – CERPAM, OI ER-SUAMME, Idele, Adem 26, DDT(M) 04- 05- 06-38-73, 2012, Protection des troupeaux contre la prédation, Ed. CERPAM et Cardère, 315 p.

5- OUI - Les chiens de protection deviennent un vrai problème !
Les chiens de protection sont indispensables face aux loups. Même si leur efficacité est très partielle, ils n’en restent pas moins le premier rempart des troupeaux. Les éleveurs sont contraints de multiplier ces patous imposants dans les Alpes avec près de 2 000 chiens. Ces molosses s’interposent, avertissent et repoussent tout intrus sur les troupeaux. Cela se passe généralement bien avec des visiteurs. Mais la liberté des randonneurs est entravée, des incidents se produisent, la pression monte envers les bergers et les éleveurs dans les alpages comme dans les villages aux abords des pâturages. Certains maires en arrivent à interdire l’accès des pâturages aux troupeaux accompagnés de chiens de protection. Et lorsqu’une morsure se produit, cela peut finir au tribunal où l’éleveur se retrouve terriblement seul, aussi seul que face au loup.
6 - NON - Cela ne se passe pas bien avec les loups dans les autres pays européens !
Partout où le loup recolonise de nouveaux territoires, il déstabilise l’élevage des moutons et se heurte à l’opposition des éleveurs, en Suisse comme dans le Piémont italien, en Scandinavie comme dans les montagnes cantabriques espagnoles où il s’en prend aussi aux chevaux. Partout ou presque, des mesures énergiques de chasse aux loups ont été mises en œuvre pour protéger les troupeaux : ainsi chaque année, 200 loups sont légalement tués en Espagne, 150 à 200 en Serbie, 150 en Slovaquie, plusieurs centaines aux États-Unis. En Suisse comme en Norvège, en Finlande ou encore en Suède, dès l’arrivée du prédateur, les autorités ont décidé très vite l’abattage de nombreux loups. Pourquoi la France, seule avec l’Italie, s’enferre-t-elle dans le pari impossible d’un loup gentil qui comprendrait tout seul qu’il ne doit pas tuer les agneaux ?
Sources : Kacsensky P., Chapron G., von Arx M., Huber D., Andrén H., Linnell J., 2013, Status, management and distribution of large carnivores (bear, lynx, wolf & wolverine) in Europe, LCI E, Commission Européenne – Idaho department of Fish & Game, 2012, Idaho Wolf Monitoring Progress Report, mars 2012 ; US Fish & Wildlife Service, National Park Service & USDA Wildlife Services, 2011, Wyoming wolf recovery 2011 annual report.


                 http://leloupdesvoisins.canalblog.com/

7 - OUI - L’élevage de montagne résiste bien, si on ne lui impose pas le loup !
Il est vrai que la filière ovine a connu des difficultés depuis 30 ans en raison de la pression de la mondialisation. Mais en montagne, l’élevage est bien souvent la seule activité agricole possible, et une des dernières activités économiques praticables. Les éleveurs, très attachés à leurs terroirs sur lesquels ils produisent agneaux et fromages de qualité, ont donc résisté malgré les difficultés et les effectifs de brebis se sont maintenus dans ces zones. Aujourd’hui, la situation évolue favorablement et les éleveurs peuvent redresser la tête. En effet le marché mondial est mieux orienté, avec une baisse de production chez nos concurrents (Nouvelle-Zélande, RoyaumeUni) et une consommation mondiale de viande ovine qui s’accroît. Les débouchés s’améliorent pour les agneaux français et le prix déjà élevé depuis 3 ans devrait continuer à s’orienter favorablement. Même si le revenu ovin reste modeste, la profession travaille à la mise en place d’un programme de "Reconquête ovine" pour redynamiser la production et installer de nouveaux éleveurs.
Sources : www.reconquete-ovine.fr/spip.php

8 - OUI - L’élevage en plein air est nécessaire pour les paysages et la biodiversité !
Depuis des millénaires, l’élevage est une activité paysanne fortement ancrée dans les terroirs, qui façonne les paysages ruraux français et européens. Mal heureusement, l’élevage, avec l es paysages et la biodiversité qu’il entretient, sont aujourd’hui menacés par la prédation du loup. La fauche et le pâturage entretiennent des paysages remarquables, dont certains sont reconnus par l’ UNESCO au Patrimoine mondial de l’Humanité, comme dans les Causses et les Cévennes. Les écosystèmes entretenus par les troupeaux, ovins, bovins, capri ns, constituent la majeure par tie des espaces protégés du territoire français : parcs nationaux, parcs naturels régionaux, habitats prioritaires de Natura 2000. La biodiversité des prairies, des parcours et des alpages ne peut être préservée que par le maintien de l’élevage de plei n air. C’est parce que les moutons vont chercher leur nourriture au pâturage tout au long de l’année qu’ils sont terriblement exposés à la voracité des loups !
Sources : Blondel J., 2006, The ‘Design’ of Mediterranean Landscapes: A Millennial Story of Humans and Ecological Systems during the Historic Period, Human Ecology (2006) 34:713-729.
9 - OUI - Le loup coûte cher… au détriment des priorités de la biodiversité !
L’année dernière, le coût du loup s’élevait à près de 15 millions d’Euros, comprenant indemnisation des pertes, protection des troupeaux, et salaires des nombreux agents de l’État affectés au dossier, sans compter les coûts supplémentaires supportés par les éleveurs. Pour une population de 250 à 300 adultes recensée dans notre pays, chaque loup coûte ainsi entre 50 000 et 60 000 € par an. Si l’espèce devait coloniser pleinement le Massif Central, l’Est de la France et les Pyrénées, où les premiers individus ont été repérés, ce montant annuel devrait être multiplié par dix ou vingt. Alors même que ces sommes considérables ne parviennent plus à contenir les attaques de loups. C’est autant d’argent qui n’est pas affecté à la préservation des espèces de faune et de flore rares et menacées !

10 - OUI - Le loup pourrait s’en prendre à nouveau à l’homme !
Autrefois, les loups tuaient occasionnellement des êtres humains. Ces cas peu fréquents semblent avoir été dus à des individus au comportement "déviant", mais ils pouvaient aussi dégénérer localement en crises graves. Les derniers cas connus en Europe concernent des enfants en Espagne dans les années 1960 et 1970. Aux États-Unis, des attaques de loups sur des êtres humains, parfois mortelles, sont observées depuis quelques années. Pour les scientifiques américains, ces épisodes, impensables jusque-là, sont dus à une protection excessive des loups qui perdent leur crainte de l’homme. Verrat-on à nouveau des cas d’attaques de loups sur l’homme en Europe ? Certes, les conditions sont très différentes de celles des époques historiques, très différentes aussi de celles des grandes étendues sauvages d’Amérique du Nord. Mais une protection excessive d’un loup idéalisé peut conduire à des accidents imprévus…
Sources : Moriceau J.M., 2007, Histoire du méchant loup. 3000 attaques sur l’homme en France, xv e -xx e siècle. Ed. Fayard, 623 p. – Delibes M., 1990, Statut et conservation du loup (Canis lupus) dans les États membres du Conseil de l’Europe. Conseil de l’Europe, Strasbourg – McNay M.-E., W. Mooney P.-W., 2005, Attempted predation of a child by a Gray Wolf, Canis lupus, near Icy Bay, Alaska, Canadian Field-Naturalist 119(2) : 197-201.

Les éleveurs français refusent la prédation sur leurs troupeaux
Les éleveurs demandent une régulation efficace des loups, y compris dans les nouveaux territoires qu’ils colonisent. Ils demandent des solutions réalistes pour exercer leur profession dans des conditions acceptables économiquement et décentes humainement. L’État français et l’Europe doivent changer leur politique de gestion de la population de loup, qui est aujourd’hui idéaliste et met en péril le maintien de l’élevage de plein air. Le loup n’est pas menacé et il dispose de vastes réservoirs d’espaces sauvages où il peut se déployer sur la planète.
Le déclassement du loup comme espèce protégée dans la Convention de Berne et la Directive Habitat doit être décidé.


Version imprimable
Crédits photos : karlumbriaco (couverture), MRE, Rémi Leconte, Jacques Courron, Philippe Lemoine , Daniel Roux, JA 06, Roger Culos.


Les syndicats se positionnent clairement contre le loup et la cohabitation. Nous disons notre vérité par la voie officielle.  « Le loup n’est pas menacé et il dispose de vastes réservoirs d’espaces sauvages où il peut se déployer sur la planète. Le déclassement du loup comme espèce protégée dans la Convention de Berne et la Directive Habitat doit être décidé ».

Une plaquette est mise à disposition. Imprimez-là, diffusez là le plus largement possible et pas seulement aux éleveurs mais aussi aux randonneurs, aux élus, aux parlementaires, etc….. Que l’on soit dans les Alpes ou les Pyrénées, Massif Central, Jura ou Vosges, en montagne ou en plaine….. Tout le monde doit enfin savoir la vérité.




A faire suivre

31 commentaires:

  1. Le pastoralisme nous coûte beaucoup plus cher que le loup...
    De toute façon c'est une activité vieillissante...attendons 10-15 et nous pourrons enfin avoir une vraie biodiversité dans nos montagnes.
    Je rêve du jour où les troupeaux de moutons auront été remplacés par les isards bouquetins et mouflons qui entretiennent aussi bien le paysage sans réclamer des millions d'euros de subventions.
    Ces riches populations d'ongulés permettront de développer les populations de grands prédateurs qui attireront un tourisme de qualité permettant de générer des revenus alors que le pastoralisme coûte cher au contribuable.

    RépondreSupprimer
  2. Nous y voila, alors que le grenelle de l'environnement, le parlement européen,.... justifient les subventions au pastoralisme, alors que les ongulés ne mangent que dans nos prairies et nos pâtures et qu'ils seront condamnés si le reboisement envahit tout, voici le vrai motif des écolos: "des millions de touristes" qui piétineront tout et emmerderont les animaux sauvages!

    http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2014/02/loup-la-face-cachee_9.html

    Continuez de rêver à faire marcher le tiroir caisse, continuez de rêver a la fin de la production de qualité locale respectueuse de la nature et priez pour que les supermarchés soit toujours alimentés par de la merde produite par des industriels qui vous devront une belle chandelle!

    Et pensez a dire a vos enfants qui iront voir le loup en voiture, ou les lyons en avions que vous êtes un des prometteur de cette nature stérilisée et mercantilisée, ou le savoir faire de nos paysans aura été sacrifié sur l'autel de la pensée unique!

    RépondreSupprimer
  3. N'importe quoi ! Vous avez déjà entendu parler de l'étage alpin ? A partir d'une certaine altitude les arbres ne poussent pas quoiqu'il arrive !
    Et les ongulés sauvages ils sont contaminés par les maladies de vos moutons inutiles que personne ne mangent et qui finissent à la réforme !
    Alors prenez les subventions mais taisez vous car vous n'êtes pas crédible !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je me demande ou monsieur le spécialiste de l'étage alpin a déjà vu des ongulés se balader pendant les 6 mois d'hiver dans plusieurs m de neige!
      question crédibilité la votre est anéantie, Heureusement que vous êtes anonyme!



      Supprimer
    2. Et les moutons ils empechent la neige de tomber ? Quand on donne des leçons de credibilité on évite de se ridiculiser en sortant ce genre d'âneries.

      Mais rassurez vous les chamois isards et bouquetins n'ont pas besoin de bergers et de subventions pour survivre en hiver en montagne !

      Supprimer
    3. les moutons quand ils neige, ils sont dans la bergerie et les chamois (chez nous pas d'isards ni de bouquetins) descendent dans nos pâtures en basse altitudes et on peut les observer a cette occasion!
      Hé oui ce que vous apprenez dans les livres, nous l'apprenons al'école de la vie!

      Supprimer
    4. Vous confirmez donc que les moutons empiètent le territoire des ongulés sauvages ! A la vôtre ;)

      Et à l'école de la vie des bergers on vous apprend aussi à pleurer et à mentir pour vous gaver au maximum de subventions ?

      Supprimer
  4. Ceux qui savent lire et qui ont gardé la possibilité de se servir de leur libre arbitre liront:
    "Nous partageons nos terres en propriétés et nos locations avec la faune sauvage, les randonneurs, les touristes.... sans autre contreparties que les aides qui nous sont alloués pour maintenir le milieu ouvert et propice a une opulente biodiversité!" (dixit le grenelle de l'environnement)
    http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2014/01/limpact-dramatique-de-la-disparition-du.html

    Ce qui n'est pas le cas de la population urbaine et péri urbaine, qui après avoir détruit, pollué, exproprié....s'enferme dans quelques m² à la valeur financière ne dépendant d’aucune valeur morale ou éthique. Leur principal souci étant de se déculpabiliser en nous imposant le retour des prédateurs sans aucune concertation, pourvu que la réalisation de leurs fantasmes ne leur apporte aucune contrainte physique, morale ou financière, et se fasse dans les zones que nous avons su protéger et entretenir pour les futures générations!

    RépondreSupprimer
  5. La population urbaine elle vous nourrit monsieur le berger ! Elle vous subventionne ! C'est elle qui vous permet d'avoir Internet !
    Arrêtez de cracher sur tout le monde ! La viande ovine représente juste 1.5% de la consommation de viande en France, si vous disparaissez vous ne manquerez à personne !

    RépondreSupprimer
  6. la population urbaine dans les années 40 est venu nous trouver et a été accueilli, et je suppose que vous n'aurez aucun scrupule à venir quémander le gite et le couvert dans des situations analogues!

    et pour ce qui est de savoir celui qui crache sa haine et son venin, le lecteur se fera une opinion en toute liberté de penser, licerté de penser qui semble vous avoir abandonner depuis longtemps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous délirez complètement, le seul argument que vous avez pour défendre votre pastoralisme moribond c'est le cas où les Allemands viendraient nous envahir ? N'importe quoi.

      Et aujourd'hui vous vivez de subventions donc le gite et le couvert ce sont les urbains qui le financent avec leurs impôts mettez vous bien ça dans la tête !!!

      Votre propagande ne fonctionne plus du tout !

      Supprimer
    2. Pourquoi les allemands?, Pour le reste la crise est en marche, l'avenir nous le dira. Car même sans subventions on pourra toujours disposer de matière vitale et même de beaucoup plus. Le seul problème c'est qu'il va falloir que vous les achetiez au juste prix ces matières vitales. Car les subventions ne sont pas là pour nous permettre de manger, ni de vivre, mais pour vous permettre de pouvoir acheter à bas prix les denrées de premières nécessité, afin vous laissez suffisamment de fonds pour faire tourner la machine commerciale, destructrice du social et de la nature, machine dont vous êtes l'un des plus fervent promoteur, à votre insu évidemment, car vos réactions sont celle de quelqu'un qui vit par procuration!

      Supprimer
    3. C'est vous qui vivez dans le déni le plus total ! Sans subventions vous n'êtes pas capable de faire vivre vos troupeaux ! Et oui !!!! Donc en cas de crise vous seriez le premier à vous retrouver sans rien ! Et oui !
      Comment osez-vous parler de destruction de la nature alors que vous souhaitez exterminer les loups, les ours, les lynx et les vautours !!!! Je vous rappelle que tous ces animaux sont indigènes en Europe contrairement au mouton qui vient du Moyen-Orient et a été introduit par l'homme !!! Et oui !!! Et si vous vous opposez au système actuel commencez par rendre toutes les subventions que vous consommez !!! On verra bien !! Mais encore une fois ce ne seront que des paroles tout ce que vous voulez c'est vous gaver de subventions sans avoir à gardes vos moutons ! Je vous rappelle que le métier de berger consiste à garder des moutons pas les abandonner dans la nature !!! Et oui !!!!

      Supprimer
    4. c'est fax je suis agriculteur dans le 90 et ont c'est fait attaqué nos mouton (plus d une vingtaine de bête) tous avec de membre en moins ,arraché et le préfet nous a fait taire devant la presse . comme vous le dite "on ce gave de subvention "mais nous on a jamais eu de subvention on a perdu des millier d euros et ce n 'est pas l état qui nous a aide mais nous meme

      Supprimer
    5. comment ose t'on réintroduire des loups dans les zones d'élevages qui ne sont en rien des zones sauvages!
      http://leloupdanslehautdiois.blogspot.com/2015/02/loup-la-face-cachee-des-predateurs-tome.html

      Quand a nos subventions, c'est pour vous permettre de pouvoir acheter des saloperies faites par des esclaves dans des pays dictatoriaux. Parce que si la population devait payer le juste prix en fonction des mêmes critères qu'elle adopte pour elle, vous feriez moins le mariol.

      Supprimer
  7. Je m'incline devant une telle sommité scientifique et objective, qui reflète la forte personnalité obsessionnelle des écologistes et devant laquelle aucune concertation ni aucun échange ne serait nécessaire tellement les arguments avancés sont irréfutables, objectifs, empreints de sagesse et d'humanisme.

    Le lecteur saura apprécier à sa juste valeur et en tirera les conclusions qui s'imposent!

    RépondreSupprimer
  8. Monsieur (ou Madame) l'Anonyme : pour savoir ce que coute le loup réellement il faudrait que les données soient rendues publiques. Tout depuis le début. Y compris les campagnes de propagande.
    Vous semblez ignorer qu'en Montagne, ça résiste. Dans tout l'Arc alpin, Suisse, Italie, France, il y a des gens qui entendent bien continuer à vivre en montagne. Sachez qu'il y a des vallées où la quasi totalité de la production est bio. Et j'en passe. Cette attitude, vos phrases bourrées de points d’exclamation, cette suffisance, cette arrogance, ce mépris, ce fiel, que vous balancez avec délectation envers une personne dont vous pensez qu'elle va à l'encontre de votre rêve de wildernss, bientôt ça sera fini.
    Je fais aussi partie des gens qui n'en veulent pas de votre écologie totalitaire. La façon dont vous stigmatiser une profession est absolument dégueulasse. Battez vous pour remettre des loups et des aurochs en Normandie, qu'on rigole, et lâchez un peu la grappe aux éleveurs de montagne qui ont déjà la vie assez dure sans ça. Et jusqu'à preuve du contraire c'est encore et toujours l'agriculture qui nous fait bouffer tous. Et pas les écologistes de salon. Il n'y a pas que l'élevage ovin qui est subventionné !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un éleveur de montagne ça se tait. Ca se tait parce que ça ne vit que des subventions financées par les impôts des écologistes de salon. Ecologistes de salon qui sont les premiers à manger du bio d'ailleurs.
      Un chien ne mord pas la main qui le nourrit alors un éleveur de montagne ne doit pas critiquer les écologistes qui le subventionnent.
      Pendant que vous vous amusez à balader des moutons en montagne des gens bossent pour financer un pastoralisme moribond et qui ne sert à rien.
      Si vous aimez tant que ça l'élevage de montagne vous n'avez qu'à vous nourrir exclusivement de leurs produits !

      Supprimer
  9. la dictature écologiste est en route!

    électeur, rappelez vous en devant les urnes, car le discours ce dessus est corespond a ceux des années noires de notre histoire.

    Quand a nous, sans subventions , nous aurons toujours de quoi vivre et bien vivre, sans manquer de rien et en autarcie, contrairement a la totalité des autres secteurs subventionnés en France ou vous trouverez ici la liste longue de 17 pages;
    http://www.journaldunet.com/economie/magazine/selection/les-secteurs-subventionnes-par-l-etat/ces-secteurs-vivent-grace-a-l-etat.shtml

    A savoir que les écologistes eux ne vivent que de subventions, ne produisent strictement rien et mordent la main qui les nourrit en attaquant l'état en justice pour un oui, ou pour un non!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les écolos ce sont eux qui payent des impôts pour vous subventionner.
      Les écolos ce sont eux qui achètent les produits bio et les produits du terroir.
      Les écolos ce sont eux qui empêchent les promoteurs de tout bétonner en montagne.
      Les écolos ce sont eux qui empêchent les OGM d'êtres massivement cultivés en France notamment les variétés de céréales OGM adaptées au climat de haute montagne comme il en existe aux USA.

      Donc arrêtez de leur cracher dessus car ils vous protègent.

      Et si vous n'avez pas besoin de subventions et bien rendez les !!! Mais vous ne ferez rien.

      Supprimer
  10. les écolos protègent leur idéologie et surtout la font protéger par des sous fifres soumis, ridicules et comme je l'ai dit qui vivent par procuration.
    Voyez vous le bétonnage dans nos montagne, il n'a a jamais été question, sauf dans les stations de skis, mais la les écolos ils en sont fier . Je cite : "Dans les Alpes du sud, la richesse floristique est parfois plus grande sur les pistes de skis que dans les pâturages !"
    http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2013/02/pastoralisme-pour-en-finir-avec-les_18.html

    Les écolos peuvent acheter des produits bios parce qu'on nous subventionnent pour les produire à bas prix,car les écolos intégristes anonymes sont incapables de connaitre la juste valeur des choses! Et nous qui produisons et vendons des produits du terroir, lorsque nous montrons à nos clients les insanités écrites par les écologistes intégristes anonymes, ceux ci sont atterrés et s'empressent de prendre les mesures pour barrer le chemin à la pensée unique, tout en repartant avec d'énormes paniers de notre production, et en promettant de revenir bien vite!
    Les écologistes intégristes anonymes sont tellement benêt, qu'ils ne se rendent pas compte que les subventions sont la pour qu'ils puissent manger à leur faim, car comme je l'ai dit plus haut, sans subventions, sans pétrole, sans nucléaire nous ne manqueront de rien, tout au plus nous serons débarrassé des parasites, et nous pourrons continuer à commercer entre nous de manière durable, humaine et solidaire.!
    Chez nous, le travail de la terre et de la ferme se fait au cheval, nous avons créé un digesteur qui transforme le fumier en gaz méthane, en cas de sécheresse nous disposons d'un impluvium de 300 m3 pour le maraîchage, les besoins simples en Electricité sont fournis par le solaire, les besoins plus conséquent par un groupe électrogène au gaz méthane...
    le terme "écologiste" prends toute sa réalité chez nous, contrairement aux écologistes intégristes anonyme pour qui cela reste complètement abstrait, mais qui imposent la pensée unique au reste de la population! Nous simplement nous donnons l'exemple sans imposer.
    ..
    Quand au ogm, cela s'adresse à des industriels qui se frottent les mains de voir disparaître les petits producteurs respectueux, aidés en cela par leurs alliés écologistes intégristes anonymes!

    RépondreSupprimer
  11. A propos des OGM je pense que José Bové est plus a même que l'anonyme hargneux, pour savoir ce qu'il faut faire.
    Et José Bové est très clair dans la défense du Pastoralisme, n'en déplaise aux extrémistes

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour cet article. Assez complet, il s'appuie sur les données du réseau grand prédateur donc vérifiable et vrai. Beau travail.

    RépondreSupprimer
  13. Bel article.

    Dommage que votre vision de la chose soit erronée. L'amalgame est fait entre les loups européen, américains et russes, qui n'ont pas le même comportement.

    De plus, ce blog semble être géré par des éleveurs qui ont peur du loup. Non pas de lui, mais plutôt pour le portefeuille. Une raison de plus de faire des amalgames.

    Mon avis professionnel est que vous ne devriez pas induire les gens en erreur. Les loups n'attaquent pas l'Homme sauf dans le cas de loup enragé. Comme pour les chiens. De plus, un loup ne peut être dressé comme un chien, il ne peut être entrainé à tuer autre chose que ses proie (l'Homme n'est pas une proie).

    Mon avis personnel est que vous êtes des idiots qui préfèrent crier au loup plutôt que de sacrifier de l'argent dans de vrais clotures au dépit de votre petit confort. Des hypocrites, pour rester poli.

    Après, je respecte votre pensée et la liberté d'expression. Même si c'est faux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre avis de professionnel nous a fait mourir de rire: "Les loups n'attaquent pas l'Homme sauf dans le cas de loup enragé. Comme pour les chiens."

      Depuis quand les chiens qui attaquent les hommes sont ils enragés?
      Voici les conclusions de 18 scientifiques internationaux : " « quand les loups perdent leur crainte de l'homme, par exemple dans certaines zones protégées, il y a un risque plus élevé d'attaques sur les humains. » (p.5
      « Un loup est un loup. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que cette espèce ne mange pas des humains (une proie facile et abondante) par principe. Le mythe du loup inoffensif - bâti de toutes pièces à partir de circonstances particulières qu'ont rencontrées les biologistes à l'époque - a été délibérément entretenu par ceux qui craignaient qu'une information valide concernant les dangers du loup n'entrave les projets de réintroduction et de protection. (p.2)
      « La grande majorité des loups ne regardent pas les humains comme étant une proie. Néanmoins, nous avons trouvé un nombre d'incidents où des attaques de prédation se sont produites » (p.5)
      Il ressort aussi que 90% de ces cas de prédation de loups non-enragés, ont eu lieu sur des enfants – surtout de moins de 10 ans. "
      Mais tour ces scientifiques ne sont rien face à un professionnel anonyme.

      Supprimer
    2. "Mon avis personnel est que vous êtes des idiots qui préfèrent crier au loup plutôt que de sacrifier de l'argent dans de vrais clotures au dépit de votre petit confort.Des hypocrites, pour rester poli."

      Je serais curieux de savoir quelle contrainte physique, financière, psychologique et morale subissent les défenseurs du loup?

      Une étude de l'inra précise que le retour du loup, pour un berger, induit 7 heures de travail supplémentaire par jour , soit 210 heures pour 30 jours.
      http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2015/09/gap-une-issue-qui-va-faire-hurler-la.html

      Dans quelques jours sortira un article sur les moyens de protections que j'ai mis en place soit plus de 20 000€ sans aucune aide de l'état.

      Autant de contraintes qu'aucun défenseurs du loup n'acceptera d'assumer.

      Allez M. le professionnel continuer donc de rester poli pour divulguer votre propagande réductrice et mensongère.

      Et heureusement pour nous que ce n'est pas à vous qu'il incombe de protéger la liberté d'expression.

      Supprimer
    3. Premièrement, je ne suis pas professionnel en zoologie ni en biologie, mon métier est plus en rapport à internet. Il touche plus de sujet que le loup ou les bergers. Et je ne suis pas un fervent défenseur du loup même si à choisir un camp, vous devinez lequel je choisis.

      Du peu d'entretien auquel j'ai assisté sur le sujet lors de mon activité, comme avec M EMERIT pour ne pas le nommer, je pense avoir un avis assez correct.

      Deuxièmement, je ne sais pas d'où vient l'information, ni même qui sont ces 18 scientifiques (dont j'aimerais l'identité au possible). Mais j'ai peur que la source soit un article, fait par une personne ne maîtrisant pas le sujet, qui s'est contenté de prendre des parties et de les interpréter. Le pire et le plus courant, c'est que cette personne fasse partie d'un journal ou d'un organisme à l'opignon politique très claire.

      Pour faire simple, rien ou très peu de ce qui est en réalité

      Comme je le disais, peut être mal, le loup ne nous compte pas dans ses proie, tout comme le chien. Le loup et le chien peuvent s'en prendre à l'homme s'ils sont enragés. Autrement, il ne reste que le dressage pour forcer l'animal à attaquer l'homme. Ce qui est faisable avec un chien, utilisé par les Maître-chien d'ailleurs. Avec un loup ce n'est pas possible. L'expérience a déjà été tentée (voir les archives de la gendarmerie) et soldée par un échec.

      Dans le cas des attaques sur des enfants cela est déjà plus probable (en fait non, mais bon... c'est déjà plus petit). Deux choses cependant:

      - Laisser des enfants de moins de 10 sans surveillance? Ce n'est pas le loup qu'il faut blamer.

      - La dernière agréssion en date? Je ne vois pas. A part un fils d'éleveur-fermier mais là, c'est un peu trop "coincidence" à mon goût (je ne cris pas au complot)



      Troisièmement je vis à la campagne depuis mon enfance, mes grands parents sont agriculteurs et je les ai vus travailler, un vieux Massey-Ferguson au besoin et deux chevaux, pour le tombereau par exemple.

      Oui ils travaillaient beaucoup, c'est épuisant je le sais, mais ils n'ont pas passé leur vie assistée par des machines.

      Après avoir installé de vraies clôtures, on ne se fatiguait plus à courir après les chèvres. C'est un bon exemple pour vous!

      Et je vois encore aujourd'hui les agriculteurs autour de chez moi, dont deux éleveurs bovin (pas de problème de loup chez nous). Ils ont des problèmes comme toutes les professions, mais ils ne sont pas à plaindre niveau train de vie, eux même le dise.

      En quatrième lieu, le nombre de lettres anonymes; de dénonciation calomnieuse; d'agression sur ces défenseurs ou leurs biens/animaux est important. Je n'ai pas les chiffres en tête. Regardez dans les archives du gouvernement, section juridique. Ce n'est pas une souffrance physique, mais morale. Considéré au même niveau.

      La plupart des défenseurs (comme vous le dites), même si certains sont "bercés" dans une idée, en sont là parce qu'il pense par eux-même, et non pas ce qu'on leur dit.

      Je vous conseille donc de lire certains ouvrage qui aide à se faire une idée. Leur particularité c'est d'avoir "Penser par soi-même" dans le titre.

      Bonne lecture!

      Supprimer
    4. anonyme écrit
      >Premièrement, je ne suis pas professionnel en zoologie ni en biologie, mon métier est plus en rapport à internet.

      voilà en fait le mal dont souffre notre société. Tout le monde se dit "expert" après quelques heures de lectures sur internet et pense que son avis, maintenant éclairé par ces lectures, vaut tout autant que celui du vrai expert, celui dont c'est le métier depuis 20 ou 30 ans.
      C'est le cas de nombreux défenseurs du loup, qui n'ont aucune connaissance mais qui ont un avis bien tranché!
      Anonyme écrit
      >je vis à la campagne depuis mon enfance, mes grands parents sont agriculteurs
      L'argument qui frise le 0 pointé. En quoi le fait d'avoir des grands parents agriculteurs donne des connaissances sur le loup, voir même sur l'agriculture en 2016. Vivre à la campagne... Si je suis le raisonnement, vivre en ville permet de se déclarer expert en politique de la ville?

      comme souvent, ce genre de débat est stérile et sans intérêt...
      Par contre ce site est très bon, bien documenté et apporte à chacun des éléments de réflexion. Bravo pour votre ténacité
      Christophe, directeur de recherche au CNRS




      Supprimer
  14. Voila une réponse qui en dit long sur la maîtrise du sujet par notre "professionnel" comme il aime à se nommer.

    Cher professionnel, toutes les réponses à vos question sont à votre disposition dans le blog et ne sont pas issues d'articles de presse, mais de scientifiques qui font parti de mon réseau
    IRD, INRA, CERPAM, ISTRÉA, CNRS....

    ET AUSSI DE PROFESSIONELS DE L'ÉLEVAGE, a travers les associations, les syndicats et les éleveurs.

    Continuer a nous prendre pour des idiots et des hypocrites tout en restant poli et surtout n'ayez pas peur du ridicule.

    RépondreSupprimer
  15. Votre dernière réponse en dit suffisamment long.

    merci de m'avoir répondu et en effet,
    n'ayons pas peur du ridicule!

    Ho et une dernière chose, je ne vous ai jamais traité d'idiot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ressaisissez vous et relisez votre premier message ""Mon avis personnel est que vous êtes des idiots qui préfèrent crier au loup plutôt que de sacrifier de l'argent dans de vrais clotures au dépit de votre petit confort.Des hypocrites, pour rester poli."

      Et comme vous le dites, n'ayez pas peur du ridicule.

      Supprimer

Pour ceux qui veulent commenter mais qui n ont pas de compte, vous pouvez communiquer par le biais du formulaire de contact en précisant à quel article s adresse le message. Depuis la supression des commentaires anonymes, la haine et la diffamation ont totalement disparues du blog.