BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)


Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

jeudi 25 septembre 2014

PETITION POUR EN TERMINER AVEC LE MASSACRE DE NOS TROUPEAUX ET DE NOS VIES




PETITION..............Aujourd'hui Jeudi 25, 6 heures.
--------------
Presque 800 signatures de gens qui ont "les pieds sur terre"
Nous pouvons sûrement faire mieux .
En espérant que les autorités sauront faire la part des choses entre nous et ces armées d'utopistes.



vendredi 19 septembre 2014

LOUP, REALITE ET TEMOIGNAGE

« Le loup attaque la nuit comme le jour, parfois on se lève plusieurs fois par nuits … Bergers: 
une vie bouleversée par l’arrivée des loupsloup 1

EXTRAIT DE http://mediascitoyens-diois.info/2014/09/apres-la-7-eme-attaque-de-loup-en-drome/

Ces mesures (regroupement nocturne, filets électrifiés, chiens de garde, présence d’un berger) ont une certaine efficacité, mais «elles n’empêchent pas totalement les attaques», explique Thomas Vernay, ex-éleveur, chargé du dossier à la Confédération paysanne.

Ce trentenaire s’est installé en 2005 à Glandage, au dessus de Die, avec un troupeau de 150 chèvres cachemire. Avec deux autres éleveurs, il a connu une première attaque en 2010. Malgré les parcs nocturnes et des chiens de protection, «la meute ne nous a plus lâchés», assure le jeune homme qui revendique une sensibilité écolo.
« on ne voulait plus vivre ça »
L’organisation des journées a changé. Regrouper les animaux, qui pâturent parfois loin des villages, s’est fait «au détriment des foins, de la culture de céréales, de la vente directe», détaille-t-il.
Compter les bêtes est devenu pour lui une obsession. Certaines réussissaient parfois à sortir de l’enclos nocturne. Puis le loup a peu à peu appris à franchir les clôtures. «Après une attaque, on s’épuisait à chercher les bêtes, vivantes ou mortes, car on a que 48 heures pour faire la déclaration et de toute façon, les vautours arrivent rapidement», raconte-t-il.
Les attaques se sont renouvelées, parfois à 200 mètres du village. En 2012, Thomas et sa compagne ont finalement lâché l’affaire: «on ne voulait plus vivre ça et on s’est dit qu’on n’était pas là pour nourrir le loup».

L’intégralité de l'article dans : "MEDIAS CYTOYEN DIOIS"

jeudi 18 septembre 2014

TÉMOIGNAGE BIO

Bonjour, je suis éleveur en montagne en bio, je pense être écolo et je suis pour la sauvegarde de la biodiversité, j'ai une petite ferme avec diversifiée avec 150 brebis. Il y a quelques années je pensais comme beaucoup que la question du loup était un faux débats, que de toute façon les éleveurs recevait des gros dédommagement etc etc... Puis j'ai été directement confronté au problème, première attaque 25 bêtes sur le carreau et 8 de blessées (qui ne s'en remettront pas) et seulement 1 de mangé entièrement. Donc je prend des chiens de protection, je renforce mes clôtures et les attaques continues. Les chiens ont une certaine efficacité puisque pour les autres attaques que j'ai subi, il n'y avait pas plus de 4-5 bêtes de tuées en moyenne. Par contre l'effet contraire c'est que, pour que ce soit plus facile, les loups dispersaient mes brebis. J'avais effectivement droit à des aides pour acheter des chiens et des croquettes, des aides pour des clôtures renforcées et 150€ par brebis trouvé tuée, mais je n'avait pas d'aide pour embaucher (troupeau trop petit). Donc bilan des opérations: -je me suis retrouvé avec des molosses qu'il a fallut éduquer (une vingtaine d'agneau tué par les chiens) puis nourrir (transporter des tonnes de croquettes à 2000m d'altitude). Sans compter les dangers avec les randonneurs, je suis le seul responsable de mes molosses si ils mordent quelqu'un je suis coupable au yeux de la justice. - je me suis retrouvé a passé des journées, en compagnie de quelques personnes solidaires, à courir la montagne pour essayer de retrouver mes bêtes (vivantes et mortes) parfois dans la pluie le brouillard et le vent. -je me suis retrouvé a faire l'équarrisseur, ramassage de cadavres mangés ou pas, puis à les transporter (puisque c'est interdit de les laisser tels quels) alors que je n'avait que très peu de pertes auparavant et que le ramassage de cadavres n'était pas ma spécialité. -je me suis retrouvé avec un troupeau stressé, qui mange mal, qui dort mal et qui du coup est beaucoup plus sensible. -Je me suis retrouvé stressé moi même ne sachant jamais comment j'allais retrouvé mon troupeau et avec une impossibilité d'organiser mon travail correctement ne sachant pas prédire une attaque sans parler de ce qu'on pourrait appeler ma vie privée. A la fin une attaque tout les deux jours... Puis je me suis retrouvé sans brebis avec des terrains désormais inexploité et avec la profonde conviction que la cohabitation élevage/loup n'est pas compatible.

SUR http://www.franceinter.fr/emission-le-zoom-de-la-redaction-loup-en-liberte-eleveurs-en-danger

mercredi 17 septembre 2014

LOUP, SOUTIEN A FRANCE INTER

Merci France Inter pour ce reportage "LOUP EN LIBERTÉ, ÉLEVEURS EN DANGER"
Je tiens à corriger certaines erreurs et démesures, qui comme d'habitude sont les arguments des défenseurs du loup, dans une lettre (en italique) qui vous est adressée!
Monsieur,
"Vous présentez le loup uniquement comme un problème, en oubliant de rappeler le rôle essentiel que joue cette espèce comme prédateur naturel dans les écosystèmes, en particulier dans les montagnes des Hautes-Alpes, lieu de votre reportage. Le loup, rappelons-le, se nourrit principalement d’ongulés sauvages.! 
Il est pourtant facile de démontrer que le loup d'aujourd'hui surprotégé est devenu déviant et comme il est rappelé dans son descriptif biologique:"
 "Dans certains cas un loup ou une meute peut se spécialiser sur une proie. Cette spécialisation est liée à plusieurs facteurs : le nombre d’individus de la meute, le chevauchement des habitats respectifs proie/prédateur, l’abondance et l’accessibilité des proies, la probabilité de rencontres avec la proie, la densité ou la biomasse relative d’une proie potentielle, la probabilité de succès de la chasse, le risque de blessure, la profitabilité de la proie, les conditions environnementales. source le site de l'état consacré aux loups!
(donc adieu le mythe du loup qui se nourrit d’espèces sauvages. Quand il a goutté aux proies faciles plus rien ne le fera dévier)
"Vous évoquez 4 800 ovins tués possiblement par le loup en un an en France, mais ce nombre ne signifie pas grand-chose s’il n’est pas mis en perspective avec les 500 000 ovins tués dans le même temps par d’autres causes : maladies, accidents, pertes dans les alpages…"
Les départements en 2012 concernés par la  présence  loup,  recenseraient  approximativement 870 000 ovins.(source maison de l'élevage et d.r.a.a.f.). D’après le Centre d'Etudes et de Recherche pour le Pastoralisme Alpes Méditerranée,"l’estimation de 700 000 ovins exposés au risque loup dans le massif alpin est réaliste."
 Heureusement pour nous, nous sommes loin de perdre 500 000 animaux sur les 700 000 exposés aux loups. Comme toujours, les associations pour la défense du loup utilisent un stratagème qu'un élève de CM² serait capable de déjouer. En effet comparer  500 000 ovins qui représentent les pertes dans toute la France,( chiffres non vérifiables et non confirmés)  y compris les animaux de réforme, avec les 4800 victimes dans les alpes devraient vous mettre la puce à l'oreille quand à l’intégrité de ces associations!
La seule comparaison valable serait celle qui comparerait les mêmes estives avant et après l'arrivée du loup!
La réalité est toute autre, ""Aux 6000 ovins reconnus et indemnisés, nos études montrent qu’il faut rajouter environ 40 à 50 % d’animaux disparus ou invérifiables (dont 20 % reconnu dans la cadre du forfait). La réalité des pertes reconnues par l’Etat est donc de plus de 7000 ovins perdus, et la réalité de terrain doit avoisiner prudemment 8000 ovins perdus dans les Alpes." source centre d'étude pour la pastoralisme
Vous relayez sans aucun questionnement le discours absurde d’un syndicat agricole évoquant une disparition future du pastoralisme à cause du loup. Comment pouvez-vous laisser croire sans réagir qu’un pays comme la France ne serait pas techniquement capable d’élever des moutons en plein air, de façon compatible avec la présence de prédateurs naturels ?
Tout simplement parce que dans tous les pays confrontés aux loups, le pastoralisme, ovins, caprins et bovins devient impossible, laissant la place à l'élevage industriel!

le 14 septembre 2014: déclaration d'une éleveuse Italienne à Beaucroissant sur le stand de la "fédération des acteurs ruraux"
"Maintenant les attaques ont encore pris de l'ampleur en Italie, c'est très rare que l'état indemnise les éleveurs, même quand ce sont des veaux qui sont tués... donc les éleveurs prennent leurs responsabilités et ils font le ménage!" http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2013/07/en-italie-tout-va-tres-bien.html
Le quota de chasse sur les loups a été augmenté à cause des préoccupations des propriétaires de bétail espagnol sur leurs propres animaux, en raison de la récession actuelle de l'Espagne. http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2013/05/le-loup-en-espagne-en-italie-et-ailleurs.html

Votre sujet est le « zoom de la rédaction ». Ne serait-il pas intéressant pour vos auditeurs d’être informés sur ce dossier complexe avec plus de recul ? Vous pourriez aborder les questions de fond liées aux vrais problèmes de la filière ovine : problèmes économiques, structuraux, peut-être moins attrayants à vos yeux, mais beaucoup plus significatifs pour la compréhension du dossier « loup ».
Ce qu'il est important de savoir avant tout, c'est que la filière ovine des petits élevages traditionnels se porte mieux que le reste de la profession! En effet le petit élevage tire son épingle de la crise, en offrant des produits de qualité et en optimisant les méthodes simples qui ont fait leurs preuves et sont le fait de la connaissance du métier et de la valeur réelle des choses.
La coopérative du fameux "Agneau de Sisteron" ne s'y trompe pas: "L’Agneau de Sisteron" se porte bien. Tellement bien, que la progression continue,  ces trois dernières années, des agneaux présentés au label, labellisés puis vendus a atteint le plafond de l’offre. L’heure est donc à la réflexion pour les coopératives qui devront trouver des solutions pour remonter l’offre d’agneaux, ce qui revient à trouver de nouveaux éleveurs."
Hors le loup s'attaque uniquement à ces élevages respectueux, proposant des produits de qualité, de proximité et de durabilité!
Vous ne donnez la parole qu’à des éleveurs et à des représentants syndicaux. Il serait pertinent pour vos auditeurs de leur proposer aussi les interventions de scientifiques qui étudient le loup, et des associations de protection de la nature qui connaissent parfaitement le terrain et le dossier.
Pour ce qui est des scientifiques, je pourrais vous proposer dès maintenant une liste ICI, vous y trouverez des scientifiques qui sont clairs: "Le pastoralisme  menacé par l’installation des loups". Mais je me propose de mettre à votre disposition d'autre noms et d'autre études, si vous en avez besoin! 
Quand aux associations, je vous conseille avant toute approche de lire quelques articles qui vous montreront l'intégrité de leurs représentants!
"C’est pourquoi, en réponse à ce reportage, nous vous demandons de pouvoir intervenir sur votre antenne à l’occasion d’un prochain sujet sur le loup diffusé à une heure de grande écoute, afin que nos concitoyens puissent bénéficier d’une vision plus large et mieux informée de ce dossier. Les associations de CAP Loup se tiennent à votre disposition.":
Je pense que vous avez une grande partie des données vous permettant de prendre votre décision quand à une émission sous contrôle des associations environnementales.
Sachez que je me tiens à votre disposition pour de plus amples renseignements!
Dans l’attente, veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

Ouragan pour "le collectif de défense du pastoralisme"

dimanche 14 septembre 2014

INSUPPORTABLE DISCOURS NEGATIONISTE

SUITE A  UN COMMENTAIRE PARTICULIÈREMENT AMBIGU, (en italique) prônant l’inévitable déclin de l’élevage   ovin (mais quelle activité n'est pas en déclin en France), pour justifier les massacres causés par les prédateurs, il me fallait réagir et comme toujours rétablir la vérité:
Réagir non pas face à un individu incapable de discernement, mais face a cette propagande sournoise qui n'a d'autre but que la disparition de nos élevage pour l'ensauvagement de nos terres que nous sommes les seuls a partager!

"L'elevage industriel de porcs en Bretagne c'est à cause du loup ? Les immenses hangars de volailles en batterie c'est à cause du loup ?""

Comme d’habitude, les écologistes n'ont d'autre moyen que de déformer la vérité pour endoctriner la population! Ils pensent que nous sommes des abrutis, incapable de discernement.
Alors que les prédateurs mettent en danger les petits élevages respectueux, souvent en commercialisation directe, dans des régions ou aucune autre activité reconnu d’intérêt public ne pourra maintenir la vie rurale, ils participent activement à la reconversion dans le tourisme de masse, et par voie de conséquence au transfert de la production vers les filières industrielles, donc les antibiotiques, hormones et OGM.....


"Si vous ouvriez un peu les yeux vous vous rendriez compte que le loup et l'elevage traditionnel n'ont survécu que dans les endroits qui n'étaient pas assez rentables pour vos amis de la FNSEA et autres politiques. Eux qui veulent une nature aseptisée et polluée comme en Bretagne où l'eau des riviières est gorgée de nitrates où en Beauce où il n'y a plus un seul oiseau ou papillon dans les champs qui sont pulvérisés de produits chimiques divers."

C'est justement le thème de l'article "

ENVIRONNEMENT, FINANCE ET TOURISME

qui a suscité ce commentaire incompréhensible!
Si l'élevage traditionnel survit (jusque a quand?) dans nos région c'est certainement grâce à la passion, la persévérance, l'engagement de nos éleveurs ruraux, mais aussi parce que nos produits se vendent plus cher et mieux que pour les élevages de plaines ou il est possible de se recycler dans d'autre productions (céréales, carburants verts, etc..) 
Ma position sur les syndicats est très claire, et j'en sais certainement bien plus que vous , monsieur le moraliste!


Et allez donc vous occuper de la Bretagne plutôt que de nos régions que nous avons conservées pratiquement intactes!

 Le résultat c’est qu’aujourd’hui je suis persuadé que le loup va faire disparaître l’élevage local. Et ce n’est pas une position de principe, c’est une conviction que j’ai acquise au fil des ans. Les éleveurs ont toujours été opposés au loup mais nous, organisme technique, nous avons joué le jeu. On ne savait rien – ou plutôt, on savait ce que nous racontaient les défenseurs du loup. Ils nous ont menti de A à Z ! Il suffit d’enquêter en Espagne, en Italie, en Roumanie(Laurent Garde, coordinateur régional du Cerpam) dans la terre du 6 août 2013

"Le loup n'est pas responsable de la folie des hommes. "
Bien sur que non, mais le fanatisme des écologistes à vouloir imposer aux éleveurs et bergers les prédateurs, sans aucune concertations, sans aucune connaissance du problème, sans aucune anticipation,  en ayant caché la vérité sur la réapparition du loup qui a été effective bien avant 1992, à proposer aux enfants des écoles primaires une fausse image du loup! Wakou, en partenariat avec l'ASPAS, dans son numéro 300 certifie que le loup n'attaque pas les enfants! Alors que si le loup doit attaquer un être humain ce sera certainement un enfant:! Ce fanatisme devrait vous faire ouvrir les yeux!


"Colbert, en 1670, déplorait que « les moutons d’Angleterre couchent à l’air dans les prairies à cause qu’il n’y a pas de loups…nous ne pouvons pas faire la même chose ». Le loup s’attaquait au bétail mais surtout aux jeunes bergers, à tous ces enfants qui gardaient chèvres et moutons dans les herbages des montagnes."source
Petite anecdote au passage, les écologistes demandent aux consommateurs d'acheter de l'agneau anglais pour boycotter ceux qui ne veulent pas de la cohabitation. Il faut oser!

"A vous de voir et de choisir ce que vous voulez. 
Au début beaucoup d'entre nous ont acceptée la cohabitation "Vous verrez, le loup se nourrit principalement d'animaux sauvages, il y aura quelques problèmes, mais nous seront là pour vous aider!"
Les indemnisation ne couvre pas la moitié du coût réel:

Petite demo rapide:
Le loup mange une reproductrice , vous perdez la vente de l'agneau : environ 120 euros
Vous ne pouvez pas introduire un animal au milieu d'un troupeau, il sera rejeté et risque de ne pas se reproduire! De plus vous prenez des risques sanitaires, donc vous attendez les naissances et vous gardez une agnelle pour le remplacement:.Donc un Agneau non vendu                  environ 120 euros
Dans le troupeau un pourcentage de mères avortent. Vous touchez 10% de l'indemnisation pour le stress et vous perdez allez soyons magnanimes 5 avortements ou non chaleurs   environ  500 euros
Vous avez perdu deux jours à rechercher les disparus qui ne sont pas indemnisés, ni votre travail d'ailleurs, ni les soins aux blessés, ni les frais d’équarrissages, ni le temps passé au constat..... 
Récapitulatif :
vous touchez pour le reproducteur                                                            160
vous touchez pour le stress et les avortements                                             16
                                                                                                            +   176
vous perdez les avortements, l'agnelle l'agneau, je compte pas le reste      -  740 

Mais le plus important c'est que le berger ne produit pas des agneaux pour nourrir le loup! Seul un écologiste serait capable de faire ça!
 Et encore plus important, chaque fois qu'un berger se fait attaquer il devient le coupable dans la bouche des pros loups!
C'est pourquoi après plus de 20 ans de mensonges, nous savons et vous savez que la cohabitation   est impossible!

Posez-vous la question suivante : pourquoi le pastoralisme a disparu de la plaine ? Qui est ce quie l'en a chassé ? Les loups ? Où vos amis les gros agriculteurs pollueurs ? Qui importe de l'agneau anglais et neo zélandais en France ? Les loups ? Où vos amis politiques ?

Le pastoralisme a disparu de la plaine parce qu'il est possible d'y produire autre chose de plus rentable (voir en début d'article). 

C'est justement le thème de l'article que vous avez commentez, dénoncer la main mise de l'Europe sur nos petites exploitations pour la finance et le tourisme et la libéralisation à outrance.
Comment se fait il que les écologistes soit si pressé de nous voir plier les genoux, a coup de diffamation et de négation, car c'est aujourd'hui un fait établi, la cohabitation dans ces conditions est impossible.

 Mais que vaut notre savoir et notre vie,  nous qui subissons, qui SOMMES LES SEULS A METTRE EN PLACE les mesures pour la soi disante cohabitation, face à des gens qui ne subiront jamais l'ombre d'une contrainte physique, morale, financière ou psychologique, mais qui SAVENT et qui IMPOSENT!

"Mais vous préférez étaler votre haine du loup plutôt que de reconnaitre la réalité."
j'ai gardé le meilleur pour la finJe vous met au défi de trouver dans ce blog un seul argument de haine envers le loup!:
Pourquoi dites vous  vos amis les gros agriculteurs pollueurs.../..vos amis politiques ? Diffamation ou haine de ceux qui sont justement a l’écart de toutes ces magouilles et qui les dénoncent?
Diffamation ou haine envers ceux qui ont su préserver une agriculture a taille humaine et qui le montre tous les jours?
Si il fallait convaincre un lecteur de votre mauvaise foi et de votre état d'esprit nauséabond, c'est fait!
Par contre, c'est à chaque article que se déverse la haine des écologistes pour le monde rural, pour ceux qui ont su garder le contact avec la nature, pour ceux qui vous offre aujourd'hui les montagnes et leurs vallées que nous sommes les seuls à avoir préservées pour les générations futures!

http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2013/10/la-haine-comme-seul-guide.html
http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2013/04/le-loup-et-les-extremistes.html
http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2013/04/les-commentaires-diffaments-des-pros.html


« Les bergers ont perdu cette habitude ancestrale de garde et de protection du troupeau,"

Mais vous qu'avez vous conservé de vos ancêtres?
 QUE VOULEZ VOUS CONSERVER DE VOS ANCÊTRES,? 

OUVREZ LES YEUX, POSEZ VOUS LA QUESTION!


Journal la terre du 6 août 2013 : "Comment voyez-vous l’avenir ?"
"Je suis très pessimiste. Je suis écologue de formation et je fais partie des gens qui ont été enthousiastes au début, passionnés, en se disant qu’on arriverait à préserver le loup et l’élevage. Aujourd’hui je ne peux que constater la détresse d’un grand nombre d’éleveurs. Des gens qui ne sont pas des « charlots», qui sont de vrais professionnels, subissent 40, 50 attaques par an.

Alors un éleveur dans la force de l’âge ne va pas arrêter du jour au lendemain ; mais qu’en sera-t-il des successions, des installations? Qui voudra travailler dans des conditions pareilles? Ça va être lent, insidieux, mais je pense que le loup est un instrument pour éliminer l’élevage local, dans le projet de faire des Alpes – et sans doute aussi des Pyrénées – un grand massif ensauvagé. On veut fabriquer de la nature sauvage (sic) : soit l’homme subit et supporte, soit il disparaît. L’homme n’a plus sa place. Le message du loup, c’est qu’il suffit d’un élevage hors-sol. Je trouve ça dramatique, y compris en tant que citoyen qui souhaite acheter des produits locaux, fermiers, de saison, et non de l’alimentation industrielle. Le discours de défense de l’élevage, des activités humaines y compris comme facteur de biodiversité, devient inaudible. Cela me rend assez pessimiste pour l’avenir". Laurent Garde cerpam

Même constat chez nos voisins Italien : 

DE LA FRANCE AU TRENTIN, OURS ET LOUPS PROMEUVENT L'AGRICULTURE INDUSTRIELLE

Dans un document diffusé ces jours-ci, la Confédération Paysanne accuse la politique en faveur de la propagation des grands prédateurs et de leur super protection injustifiée de vouloir la fin du pastoralisme et des élevages de petite taille pour favoriser les usines zootechniques sans terre.

extrait de :

IbriWolf, MedWolf...: quand les tentatives de solution deviennent le problème

"De la part des animalistes, fomenter une «guerre» contre les éleveurs, en leur envoyant des projectiles aux connotations négatives infamantes, est un moyen qui ne sert qu'à exalter la dynamique émotive de fond du problème, celui du besoin de trouver un ennemi à abattre, après l'avoir défini à ses propres yeux et aux yeux des autres comme «coupable» et donc méritant une «juste» punition. Exactement ce que faisait le loup de la fable de Phèdre qui, pour légitimer son agression sur l'agneau, l'accusait de lui salir l'eau du ruisseau où tous les deux buvaient, sourd au fait que l'agneau buvait en aval par rapport à lui, en amont."

ENVIRONNEMENT, FINANCE ET TOURISME

Le nouveau commissaire européen à l'environnement, Karmenu Vella, est un businessman maltais spécialisé dans la finance et le tourisme.

Il a également été dirigeant ou actionnaire de nombreuses sociétés, notamment dans le jeu et le voyage, dont il a démissionné en devenant ministre du tourisme en 2013.


A Malte, l'étonnement est grand de voir attribuer à M. Vella le portefeuille de l'environnement. Le Times of Malta y voit une preuve du « sens de l'humour de M. Juncker »

Les écologistes eux vont y voir une pierre de taille à la construction de leur édifice " spolier par tous les moyens, les terres des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature pour y promouvoir les millions d’écotouristes qui vont piétiner tout ce que nous avons su préserver"




Ils vont etre aidés par la nomination du commissaire à l'agriculture, l'Irlandais Phil Hogan, c'est un européiste convaincu, ultra libéral.
 "Pèsera sur ses épaules la lourde charge de devoir défendre les intérêts des agriculteurs,  lors des délicates négociations sur le traité de libre-échange transatlantique qui fait redouter, en France, l'arrivée massive sur le Vieux Continent de poulets chlorés, bœuf aux hormones  et autres OGM. " SOURCE

De quoi mettre un terme aux élevages traditionnels pour le plus grand bonheur des défenseurs du loup, qui se consoleront très vite d'avoir été les promoteurs du tout industriel!


samedi 13 septembre 2014

PREMIÈRES CONSÉQUENCES DE LA TRAHISON

"Hélène Masson-Maret, que je remercie,  sénatrice UMP des Alpes-Maritimes, a déposé le 24 juillet dernier au Sénat une proposition de résolution européenne visant à rétrograder le statut protégé du loup demandé par les syndicats agricoles." (La Confédération paysanne, la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), le syndicat des Jeunes agriculteurs et la Fédération nationale ovine (FNO) ont appelé le 5 mars les ministres de l'Agriculture et de l'Ecologie à "changer le statut d'espèce protégée des loups".)

Alors là, il y a de quoi se jeter par la fenétre!



Alors que a travers la COPA COGECA les syndicats FNO, FNSEA* et  ses ramifications, ont signé une plateforme pour la cohabitation avec les prédateurs, dans laquelle ils s’engagent a respecter la directive habitat, alors que le porte Parole de la confédération paysanne précise "le loup a le droit de vivre chez nous", des élus essaient de je, cite Héléne Masson Maret "La sénatrice estime par conséquent que la directive européenne "Habitats, faune, flore" doit "évoluer afin de mieux protéger l'activité d'élevage dont la pérennisation est menacée". Elle "encourage" les institutions européennes à "rétablir l'équilibre" entre préservation des loups et maintien des activités d'élevage, "face à la détresse de nombre d'éleveurs dans les régions de haute et moyenne montagne".
Or la directive habitat ne peut évoluer que dans un sens, celui de mesures supplémentaires de protection pour la faune et la flore. Il est impossible de part sa conception de redescendre d'un cran en arrière sans que cela soit voté par tous lés états signataires, pas la majorité, l'unanimité!

de plus je me répète: Les participants pourront revisiter, dépoussiérer et repolir la Directive Habitats tant qu'ils veulent, la législation sur la protection du loup ne changera pas. le rôle de la plateforme n'est pas de discuter Directive Habitats mais de promouvoir la cohabitation.

"Or, c'est la modification de l'article 22 de Berne qu'il est nécessaire de modifier (comme le soutiennent la Suisse et de nombreuses associations en Italie ou en Suède d'ailleurs), afin que chaque pays puisse « émettre une réserve » dans le temps (et non pas seulement au moment de la signature) pour toute espèce de faune ou de flore devenue invasive."

Tous les pays seraient gagnants, donc unanimes (!) - d'ailleurs, il ne faudrait que la majorité dans ce cas-là (!) - pour retrouver leur droit de subsidiarité si une espèce (faune ou flore) devenait invasive, "nuisible", chez eux ultérieurement.

Ce n'est donc pas Berne qu'il faudrait changer, ni le loup d'annexe.

Ce n'est même pas du loup qu'il faudrait parler dans un premier temps mais de modifier cet article.


Dans la pratique
SEULEMENT .. en signant le 10 juin et en disant amen aux Action Clés (que les signataires ont déjà "revues et corrigées" en théorie), du coup les signataires ont accepté le principe de "populations" à gérer et que la population alpine serait "en danger" !!! (Actions Clés)
Même si on modifiait l'article 22, ils ont verrouillé toute possibilité de retrouver le droit de subsidiarité !


Poursuivons:

Alors que le député Morel a L'HUISSIER a réussit a obtenir  l’ouverture d’une enquête européenne sur le loup, 

Alors que par lettre du 5 juin, Michel Dantin (PPE-UMP) avait saisi le Commissaire à l’Agriculture Dacian Ciolos. Il lui faisait part de ses préoccupations sur la présence du loup et des vautours dans les alpages.

Voici la réponse du commissaire au député Michel Dantin:

"En conclusion, "la Commission européenne ne voit pas la nécessité de changer la législation"
il suffit, selon Janez Potocnik (commissaire de l'Environnement) de prendre les mesures de protection des troupeaux qui s’imposent (chiens, clôtures etc…). Pour cela, les éleveurs bénéficient d’un soutien financier européen "et ce dernier "se fait un plaisir de rappeler à la fin de sa lettre, que la profession agricole s’est engagée dans la même voie en signant le 10 juin dernier, via le COPA-COGECA". Médiapart : http://blogs.mediapart.fr/blog/francoise-degert/070914/l-europe-privilegie-les-loups-et-les-vautours-aux-eleveurs"



Hé oui, il va dorénavant être très difficile de faire entendre la détresse des éleveurs et bergers puisque la profession agricole s'est engagée à accepter:
 * 1) ... Working within the EU legal framework
The EU’s Habitats Directive (92/43/EEC) is the overarching legal instrument for the conservation and sustainable management of Large Carnivore species at a favourable conservation status in the EU. ( l'outil juridique central / fondamental) "on ne remettra pas en cause Directive Habitats .."Le « principe » de non-régression en matière d’environnement, « selon lequel les dispositions (…) nécessaires pour protéger l’environnement et la biodiversité ne doivent pas entraîner de recul dans le niveau de protection déjà atteint » "

* 2) Any management of large carnivores must be determined on the basis of sound scientific evidence using best available and reliable data. !! (la gestion sera déterminée, fondée, sur la base de preuves tangibles scientifiques)
Ils ont le culot de le dire ...


Human societies have the right to use their natural resources and preserve
cultural heritage in a sustainable way within multifunctional landscapes, of
which large carnivores are an integral part
Les grands carnivores sont une partie intégrante des paysages multifonctionnels (donc partout)



* Solutions to conflicts through constructive dialogue
 among stakeholdersOn trouvera des solutions grâce au dialogue - (on discutera et tout ira bien)

* ... taking into account, inter alia, the Guidelines for Population Level Management Plans for Large Carnivores
 (tenant compte des lignes directrices LCIE)
La bible LCIE restera la bible ...


* La FNO préside le groupe ovin Copa-Cogeca (signataire) et le président de la FNSEA est un des vice-présidents du même Copa-Cogeca.


L'implication et la responsabilité de la France sont donc très engagées, très importantes, pas pour la pérennité du pastoralisme, mais pour la sauvegarde des prédateurs!

LA RELÈVE EST ASSURÉE

Grace aux fanatiques de l'ensauvagement, la voie de l'élevage industriel s'en trouve grandement facilité!

Antibiotiques, hormones, OGM, aliments industriel, concurrence déloyale, stress, maltraitance, les promoteurs du tout sauvages devront rendre des comptes!

Profiter de la concurrence déloyale des élevages qui produisant à bas coût et sans les contraintes imposées par les normes européenne,  pour laisser sous entendre que le loup est un bouc émissaire pour les derniers éleveurs et bergers qui fournissent des produits de qualité, de proximité et de durabilité, seul des inconscients qui ont perdu toute faculté de raisonner,  peuvent le soutenir!







L'élevage intensif, hors pâturage, se développe chez les bovins. Cette méthode est devenue la norme à travers le monde comme avec les vaches laitières. Aux Etats-Unis, les fermes peuvent concentrer plus de 30 000 bêtes loin des prairies dans des espaces confinés. Le résultat : du lait bon marché produit en masse.
Mais les conséquences sont parfois désastreuses entre la maltraitance animale, la pollution de l'air ou des nappes phréatiques. Enquête sur ces «fermes usines» aux Etats-Unis et en France. La réalisatrice, Frédérique Mergey, a suivi pour l'occasion le combat entre les promoteurs de la première initiative de ce genre, le projet de la ferme des 1000 vaches, développé près d'Abbeville dans la Somme, et ses opposants.

STATUT DU LOUP, CHASSE = RÉGULATION, PASTORALISME = EXCLUSION

Statut de l'espèce, Chasse et "Régulation" ou "Exclusion" ?
Statut de l'espèce
http://www.lepoint.fr/societe/loup-l-abattage-autorise-sous-conditions-par-l-assemblee-10-07-2014-1844883_23.php
../.."Il faudrait renégocier la convention de Berne mais aujourd'hui il n'y a pas de majorité pour le faire"
Voici ce que déclarait encore le Ministre Stéphane le Foll le 10 juillet ...
Plusieurs pays néanmoins ont fait différentes démarches pour sortir de cet imbroglio mais sortir de la Convention de Berne ou la changer, la renégocier, serait une entreprise longue et difficile certes (ex : la France est signataire en tant que pays membre et en tant que membre de l'UE, elle-même signataire … ça se complique ...)
Alors que modifier l'article 22 de Berne, comme les Suisses l'ont demandé, serait bien plus aisé et ne devrait rencontrer aucune opposition des pays membres - bien au contraire.
Il ne s'agirait pas dans ce cas de demander d'enlever le loup de la liste (par défaut) des espèces protégées ou de changer son statut d'annexe mais de modifier l'article 22 pour toutes espèces confondues (faune et flore), afin que chaque pays puisse émettre des réserves concernant une espèce donnée après la signature du traité.
Ainsi, une espèce devenue invasive (faune ou flore) pourrait être gérée en tant que telle et chaque pays pourrait retrouver réellement son droit de subsidiarité - ce qui embêterait plus d'un dans le business de la nature, c'est sûr. C'est pour cela aussi que le LCIE s'empresse de parler de "populations" de loups transfrontalières (en conformité avec la Convention de Berne)
Changer le loup d'annexe (de IV en V dans la Directive Habitats) comme certains le réclament n'apporterait rien.
La France se retrouverait à la même enseigne que les autres pays européens chez qui l'espèce se retrouve dans l'annexe V - c'est à dire avec une espèce protégée gérée par la chasse et l'élevage qui aurait autant de problèmes ...
Il est tout autant impossible de cohabiter avec le loup qu'il soit classé en annexe IV ou annexe V. Le loup reste un loup.
L'espèce peut même être chassée avec des quotas tout en étant inscrit dans l'annexe IV ! Même pas la peine de changer d'annexe ! (lignes directrices du LCIE auxquelles se réfèrent la CE et la cour de justice européenne).
Donc, les défenseurs du loup se trompent quand ils disent qu'on n'a pas le droit de chasser une espèce protégée !
MAIS … On peut la chasser (en annexe IV ou V) à condition d'assurer la protection de l'espèce – à condition de s'assurer qu'il n'existe pas d'autres solutions satisfaisantes (c'est le cas) et que tout prélèvement ou plan de chasse ne nuise à la survie de l'espèce, qu'il veille au maintien de l'espèce en « état de conservation favorable » par le nombre et DANS L'ESPACE.
.. Et justement, à la « Plateforme » chaque signataire reconnaît le droit à l'espèce de faire partie intégrante de tous les milieux ! Et les actions clés enfoncent le clou en prévoyant la connexion même entre les différentes populations (10) en Europe.
Attention, la France aurait pu perdre le statut d'état de conservation favorable de l'espèce en 2013 (!) - (rapport d'Etat) car, on considère que le loup n'est pas assez répandu en France ! Et que la population alpine est « en danger » (écrit dans les « actions clés »). On prévoit ainsi d'assurer les connexions transfrontalières et entre « populations » (ex : un corridor de protection entre les Alpes et les Pyrénées.)
--------------------
La Chasse
La chasse d'une espèce protégée implique légalement la gestion de sa protection, la pérennité de l'espèce (grâce à un quota), voire sa croissance et sa propagation / expansion.
La régulation par la chasse ne pourra donc pas protéger, encore moins sauver, le pastoralisme.
Dans un communiqué, la FNC / FACE font référence à la Slovénie - évoquée également à la Plateforme de cohabitation à Bruxelles comme pays exemplaire.
Et dans des diaporamas édifiants du slovène Srecko Zerjav, la FACE pointe :
N°3 : le rôle important des organismes de chasse dans la protection des grands carnivores
N°9 : l'importance des grands carnivores pour la bio-diversité
N° 11 qu'il faut assurer la viabilité de toutes les populations de grands carnivores.
N° 12 Tous les pays qui chassent régulièrement les grands carnivores ont des populations stables (croissantes).
(Large Carnivores in Balkans and Eastern Europe/ Srecko Žerjav, Slovenian Hunters Association)
On pourrait croire à un exposé de propagande d'une association de défense des grands carnivores, non pas d'une fédération de chasse  ...
Ce n'est pas sûr que cela soit du goût de tous les chasseurs et sûrement pas des éleveurs.

« Les intérêts socio-économiques de certains acteurs du monde rural » (FNC / FACE) ne peuvent nullement être protégés grâce à une « régulation par la chasse » puisque la chasse d'une espèce protégée implique sa protection, la pérennité de l'espèce, voire sa croissance et sa propagation / expansion.

En réalité, l'exemple de la Slovénie n'est pas des meilleurs.
Voici une petite liste de quelques actualités glanées au gré des publications.(LCIE 2013: Status, management and distribution of large carnivores - bear, lynx, wolf and wolverine - in Europe. / Life + Slowolf project / Actualités diverses)
* Des conflits réguliers avec environ 400 ours, y compris des personnes blessées et des ours qui s'aventurent dans les villes et villages (LCIE).
Ensuite :
*Si les défenseurs du loup se sont réjouis du voyage de « Slavc » le loup slovène « vagabond » et ses galipettes avec Julietta la louve italienne ainsi que du brassage des populations qui s'en est suivi, nos amis en Lessinie sont moins ravis de leurs rejetons (certains scientifiques aussi) et demandent de déplacer les loups hors de la Province (Actualités).
*Un projet LIFE coûteux (Slowolf) pour une 40aine de loups - un programme de propagande pour essayer de faire accepter l'espèce tant il y a des conflits et des dégâts pour si peu de loups. Des éleveurs slovènes essaient parfois des recours de la dernière chance - la reconversion aux bovins. Pourtant les loups s'attaquent aux grosses proies y compris domestiques, surtout quand il y a moins d'ovins ! (Slowolf / LCIE / vidéo "plateforme")
*De nombreux loups « braconnés », y compris les loups munis de colliers émetteurs. ..(LCIE)
*Le très gros problème d'HYBRIDATION..(LCIE)
--------------------

"Régulation" ? Ou "Exclusion" ?
Quand on diminue les loups dans les zones d'élevage, légalement ou illégalement, on créé un phénomène biologique / éthologique pervers chez l'espèce : il "en repousse tout autant" (!) et dans la majorité de cas encore plus qu'avant !... À cause des meutes et couples éclatés, de l'hybridation ainsi que d'une réaction épi-génétique de l'espèce. (Et malgré les tirs, le loup n'apprendra pas pour autant à éviter ou à ne pas attaquer les troupeaux !)

Une population qui se sent « persécutée », ou qui voit ses nombres diminuer, reproduira des portées de taille plus importante comme réaction de survie de l'espèce (effet épi-génétique). (L'épi-génétique = l'expression des gènes modifiée par « l'environnement » (facteurs extérieurs), à caractère réversible mais également transmissible)

(Juillet 2014 encore dans Journal of Ecology... Dans le Parc National Denali, Alaska.)
... des taux élevés de mortalité chez les reproducteurs et la perturbation des meutes ne correspondent pas à une réduction de la croissance de la population, ce qui indique que les populations de loups résistent à la perte de reproducteurs au niveau de la population (résilience ndlr) .../... les loups peuvent compenser la mort de reproducteurs de nombreuses manières, comme le remplacement rapide de reproducteurs ou un plus grand taux de reproduction ... / ...  (ainsi que l'HYBRIDATION ndlr)

Une louve dominante qui disparaît peut désinhiber la reproduction de 
plusieurs femelles sub-adultes (une manne de nourriture assurée aussi !) (Il y a plusieurs références, y compris de Mech concernant le phénomène de plusieurs femelles se reproduisant au sein d'une même meute).
On se retrouve alors avec le phénomène de "familles recomposées" ! Beaucoup d'individus au sein d'une même famille, comme les 13 louveteaux en Saxonie, Allemagne.

Une "régulation non autorisée" en Italie pour essayer de diminuer la pression des loups, vis à vis de laquelle les autorités ferment les yeux, n'a pas le résultat escompté. En ce moment, on rapporte un phénomène de grandes meutes en Italie (15 à 18 individus !) ainsi qu'une situation incontrôlable d'hybridation. … et en France on rapporte de plus en plus des cas de grands loups noirs (autre effet de l'hybridation).

Sans mâle reproducteur, des louves peuvent s'accoupler avec des chiens (d'où problème d'hybridation).
Les hybrides sont en général de caractère très instable (Boitani : Life / Ibriwolf) (bien plus dangereux), plus résistants, plus grands, plus nombreux par portée / davantage de portées et plus habitués à l'homme, plus adaptés à côtoyer les élevages et les zones habitées.
On ne peut rien contre la biologie et l'éthologie adaptatives de l'espèce.
Prélever 36 loups (10% d'un recensement très contesté)... ne servira à rien sauf .... D’augmenter le nombre de loups (!)

La seule solution est de RÉGULER les loups dans les espaces sauvages  (Les Rocheuses, Grands Lacs, Sibérie etc.) afin de gérer leur impact sur la faune sauvage, coup par coup et d’
EXCLURE les loups des zones d'élevage.
--------------------

Tous partenaires ...
ELO / Copa-Cogeca / CIC / UICN / FACE
http://www.face.eu/about-us/who-is-face/our-partners
UICN / Syngenta (decision n° C/82/19)
http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/05/05/l-uicn-syngenta-et-le-declin-des-HYPERLINK "http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/05/05/l-uicn-syngenta-et-le-declin-des-bourdons_4411827_1650684.html"bourdons_4411827_1650684.html
Syngenta / Copa-Cogeca
http://www.neonicreport.com/home/project-compass/
WWF / Syngenta
http://www.queenslandcountrylife.com.au/news/agriculture/agribusiness/general-news/syngentas-HYPERLINK 
 Syngenta est une société suisse spécialisée dans la chimie et l'agroalimentaire, issue de la fusion en novembre 2000 des divisions agrochimiques des sociétés AstraZeneca et Novartis. Elle est le leader mondial dans la recherche liée à l'agriculture1, en particulier la production de pesticides et semences. Elle commercialise entre autres du maïs Bt génétiquement modifié.
"http://www.queenslandcountrylife.com.au/news/agriculture/agribusiness/general-news/syngentas-unlikely-ally/2672431.aspx"unlikely-ally/2672431.aspx
Europarcs / WWF / UICN / ELO
http://www.europarc.org/who-we-are/partners-and-funders
CIC / UICN / FACE / ELO 
http://www.cic-wildlife.org/partners/


Les Samis (peuple d'éleveurs de rennes) / Association de chasse Suédoise, (FACE) / WWF Samernas Riksförbund (Samis) / Lantbrukarnas Riksförbund Styrelseledamot (Copa-Cogeca) / Svenska Jägareförbundet (FACE) / WWF
Lynda Brook : Wolf Education International (en Français approximativement : enseignement sur la biologie et l’éthologie du loup)

RESTE A SAVOIR A QUI PROFITE LA DISPARITION DU PASTORALISME?