BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)
Le courage c'est de chercher la vérité et de la dire ; ce n'est pas de subir la loi du mensonge triomphant aux services d'intérêts obscurs. (Ouragan d’après Jean Jaures)

Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements.

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

lundi 8 septembre 2014

LOUPS ET OURS, ACTUALITÉ


8 commentaires:

  1. Le pastoralisme ? Non merci

    Il est temps que l'Etat arrête de subventionner le pastoralisme. Des millions d'euros pourraient être économisés pour développer des secteurs qui créent de l'emploi.

    La fermeture des milieux permettra à la filière bois de se développer et de créer de l'emploi en montagne.

    Le loup pourra devenir un animal chassable moyennant le paiement d'une licence. Cela existe déjà dans certains pays. Cela permettra de générer un vrai revenu pour les populations qui vivent dans les zones à loup.

    Le pastoralisme lui n'apporte rien, loup ou pas il faut le subventionner le porter à bout de bras. C'est une activité vieillissante. Dans 10-15 ans on ne parlera plus de tout cela. Regardons vers l'avenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les formes d’élevage largement déployées sur l’espace pastoral apparaissent ainsi comme les mieux adaptées pour proposer des produits « naturels » et locaux, mais les plus vulnérables face à l’implantation d’une importante population de loups.

      Supprimer
  2. Le niveau de ce commentaire est tellement "élevé" que je ne veux pas rater l’occasion, dés que j'en ai le temps, d'écrire un article qui démontrera une fois de plus la véritable identité des écologistes

    RépondreSupprimer
  3. Je ne suis pas un ecolo

    RépondreSupprimer
  4. Ha merde, voilà que les promoteurs du loup ne sont plus écolos!
    Pourtant, le président de l'association pour la protection des animaux sauvages est "forestier" étonnant non?

    RépondreSupprimer
  5. Pour justifier leurs fantasmes les pastorâleurs n'hésitent pas à inventer un monde imaginaire coupé de la réalité.

    Les hordes de loups qui détruisent tout sur leur passage. Les vautours qui deviennent carnassiers.
    Bientôt on aura droit aux marmottes tueuses.
    Tout ça pour ramasser de l'argent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour ramasser de l'argent il faut que le loup reste protégé, ce qui n'est pas a l'ordre du jour chez les bergers!
      pour ramasser de l'argent le loup est une aubaine pour les association, a tel point que se rpofile la secte des adorateurs du loup

      Supprimer
  6. pour changer, voici une vidéo d'attaque de vautours sur des brebis
    https://www.youtube.com/watch?v=3VimEgWAI1I

    et sur des bovins:
    http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/pyrenees/2014/09/05/video-face-aux-vautours-la-vache-protege-son-veau.html

    Ce qui est prouvé aujourd'hui a été imaginé hier, mais pour un écologiste ce qui est prouvé aujourd'hui reste une énigme!

    RépondreSupprimer

Pour ceux qui veulent commenter mais qui n ont pas de compte, vous pouvez communiquer en tant qu'anonyme. Merci de mettre un pseudo en cas de conversation suivie.