BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)
Le courage c'est de chercher la vérité et de la dire ; ce n'est pas de subir la loi du mensonge triomphant aux services d'intérêts obscurs. (Ouragan d’après Jean Jaures)

Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements.

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

mardi 3 mars 2015

LE COPIL? QUEZACO?

Objet : étude "évaluation de l'efficacité de la protection de l'élevage contre le loup"- constitution du COPIL

 Bonjour,

nous engageons cette année l'étude intitulée "évaluation de l'efficacité de la protection de l'élevage contre le loup" inscrite au plan national d'action loup 2013 - 2017. Le prestataire retenu pour réaliser cette étude, choisi à l'issue d'un appel d'offre ouvert, est le bureau d'études Terroïko.

Un comité de pilotage sera chargé d'assurer le suivi de l'exécution du marché, de discuter et de valider les choix méthodologiques et les orientations proposées par le prestataire. Ce COPIL sera représentatif du GNL dans la limite d'un format permettant de prendre des décisions, c'est à dire qu'il devra être restreint.

Ce COPIL se composera de :
- Terroïko (1 personne)
- représentants des éleveurs (3 personnes)
- représentants des associations de protection de la nature (3 personnes)
- MAAF et DRAAF RA (3 personnes)
- MEDDE et DREAL RA (2 personnes)
- ONCFS (1 personne)

Je vous remercie de bien vouloir désigner nominativement 3 représentants des organisations professionnelles agricoles, siégeant au groupe national loup, pour participer à ce comité de pilotage.



COMMUNIQUE de  l’Association des Éleveurs et Bergers du Vercors Drôme-Isère  et 
de la Coordination Rurale 

 Le comité de pilotage de l’étude relative à l’évaluation des mesures de protection contre le loup, le COPIL
vient d’être créé ; il se veut représentatif du GNL dans un format restreint...
Même si la FNSEA affirme "que les mesures de protection en France ont montré leurs limites dans la lutte
contre la prédation des troupeaux", elle s’engouffre dans ce nouveau groupe aussi inutile et couteux que les
précédents : GNL et Plateforme de cohabitation à la CE d'où elle s'est tout de même récemment retirée en
apparence.
Mieux  encore,  la  FNSEA  déclare  que   « si  les  mesures  s’avèrent  inefficaces  pour  les  territoires  à  forte prédation,   il  est  utile  de  voir  comment  elles  pourraient  être  adaptées  dans  les  nouvelles  zones  de colonisation du loup pour que les éleveurs nouvellement confrontés au loup puissent avoir des outils à leur disposition. »
Ainsi  des  mesures  qui  ne  marchent  pas  chez  nous  vont  être  transposées  dans  de  nouvelles  zones  de colonisation !!
 Avec "quelques adaptations" ?!
 C’est ce que l’on appelle la défense des éleveurs !
 C’est Einstein qui a dit  "la folie c'est de répéter les mêmes erreurs et de s'attendre à un résultat différent".
D’emblée  la  FNSEA  revendique  les  3  sièges  de  représentants  des  éleveurs  pour  elle-même,  associant  le CERPAM dont on connaît le résultat des études (voir le séminaire de Valdeborre)   et qui pourrait pourtant bien accepter ce jeu absurde ?
Cette  revendication  est  aussi  une  compromission,  car  c’est  se  compromettre  que  de  participer  à  cette comédie sur le dos des éleveurs persécutés par les attaques de loups malgré les moyens dits de protection… 

D'ailleurs,  plusieurs  membres  du  Groupe  National  Loup,  dont  la  Coordination  Rurale  et  l'association
Éleveurs et Montagnes conviés à participer à ce COPIL ont déclinés l'invitation pour ces mêmes raisons.
Cette étude ne doit pas se faire mais si elle se fait tout de même, de deux choses l’une :
Soit elle se fait sans la présence des écologistes et avec l'administration en nombre inférieur aux éleveurs,
les sièges ainsi libérés étant attribués à des éleveurs et des bergers.
Soit elle se fait sans la présence d’aucun éleveur et le groupe se prive de l'expérience et de la connaissance
du terrain en matière de protection et de prédation.
Les éleveurs signataires de ce communiqué  affirment l’inutilité et l’absurdité  de nouvelles études. Ils en
dénoncent  le  coût.  Chacun  sait  que  100%  des  troupeaux  sont  protégés  dans  les  Alpes-Maritimes  où  l’on recense cependant le plus d’attaques et de victimes.
L’escalade  des  moyens  de  protection  n’est  qu’une  fuite  en  avant,  et  pendant  ce  temps,  le  loup  gagne  du terrain et les éleveurs et bergers se découragent.

Association des Eleveurs et Bergers du Vercors                              La  Coordination Rurale
Drôme-Isère

Non au COPIL sur les mesures de protection

E&M, l'Association des Éleveurs et Bergers du Vercors-Drôme-Isère, l'Association Le Cercle (Lozère) et la Coordination rurale publient un communiqué commun pour dénoncer la tenue d'un comité de pilotage sur les mesures de protection et réclament l'application du plan loup et la révision du statut du loup au niveau européen.

"Nous, Association Eleveurs et Montagnes, Association des Éleveurs et Bergers du Vercors-Drôme-Isère, Association Le Cercle (Lozère) et Coordination rurale ne participerons pas au comité de pilotage monté par le ministère de l'agriculture dans le cadre du Groupe National Loup et dont le seul objectif sera d'étudier les mesures de protection des éleveurs contre les loups.

Que nous proposera-t-on ? Encore plus de clôtures, encore plus de chiens ? Ça suffit ! Des efforts colossaux ont déjà été faits par les éleveurs. Sans aucun résultat !

Nous avons atteint cette année des records dans le nombre des victimes malgré la mise en place quasi systématique de ces mesures, d'une dramatique inefficacité. Renforcer les moyens de protection ou en ajouter d'autres ne servira à rien. La seule mesure efficace serait la révision des textes européens et l'exclusion des loups de toutes les zones d'élevage.

La régulation n'a été qu'ébauchée dans le cadre du Plan National Loup mais jamais mise en œuvre sérieusement. Les prélèvements prévus n'ont pas eu lieu.
Nous nous insurgeons par ailleurs contre la décision de procéder à une énième étude sur les mesures de protection réalisée aux frais des contribuables dans le seul but de faire perdre du temps aux éleveurs et de laisser les loups proliférer. Que le gouvernement commence donc par procéder aux prélèvements prévus par le Plan loup avant de nous faire perdre du temps et de l'argent en discussions et études stériles !"
Le 2 mars 2015

Association Eleveurs et Montagnes
Association des Éleveurs et Bergers du Vercors-Drôme-Isère
Association Le Cercle (Lozère
Coordination rurale


Note de la rédaction à propos de cette remarquable réflexion: "D’emblée  la  FNSEA  revendique  les  3  sièges  de  représentants  des  éleveurs  pour  elle-même"
La réponse est dans l'article de Reporterre

 Xavier Beulin, l’homme aux mille bras

Etraits:
Le pouvoir de M. Beulin tient à sa position centrale dans les multiples réseaux qui irriguent le monde agricole. Président du premier syndicat agricole français, la FNSEA, vice-président du syndicat agricole majoritaire représenté à Bruxelles, le Copa-Cogeca, il est aussi président de l’EOA, l’alliance européenne des oléo-protéagineux, vice-président du CETIOM (un institut de recherche spécialisé dans les filières oléagineuses), vice-président de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles du Loiret, département dont il est issu. Egalement secrétaire-adjoint de la Chambre régionale d’agriculture du Centre, il avait été president du Haut conseil à la cooperation agricole et du conseil d’administration de FranceAgriMer, l’établissement national des produits de l’agriculture et de la mer. Les responsabilités de l’homme aux mille bras, d’ailleurs, ne se cantonnent pas au milieu de l’agriculture : il préside aussi l’IPEMED, un institut de coopération avec les pays du bassin méditerranéen, le CESER (Conseil économique social et environnemental régional) du Centre et et le conseil de Surveillance du Port autonome de La Rochelle, premier port français d’importation des produits forestiers et deuxième exportateur des céréales.
La FNSEA est incontournable. Pas seulement au sein des chambres d’agriculture. Elle siège dans les Safer qui autorisent ou refusent les achats de terres agricoles. Elle siège dans les banques qui accordent ou non les prêts. Elle est présente au sein des assurances (Groupama), de la sécurité sociale des agriculteurs (MSA), des organismes de formation, de l’enseignement agricole, de la recherche publique, au Conseil économique et social, au Haut conseil aux biotechnologies.
Qui tient la FNSEA tient l’agriculture en France. Les ministres, le président, se plient, en échange de la paix sociale sur le front agricole. Et quand cette puissance se cumule avec celle d’un grand groupe agro-industriel, comme Avril-Sofiproteol, on est, simplement, dans une logique oligarchique, où public et privé se combinent à l’avantage des intérêts privés
http://www.reporterre.net/ENQUETE-5-Xavier-Beulin-l-homme


C'est dire si les intérêts des petits éleveurs vont être en de bonne main



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour ceux qui veulent commenter mais qui n ont pas de compte, vous pouvez communiquer en tant qu'anonyme. Merci de mettre un pseudo en cas de conversation suivie.