BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)
Le courage c'est de chercher la vérité et de la dire ; ce n'est pas de subir la loi du mensonge triomphant aux services d'intérêts obscurs. (Ouragan d’après Jean Jaures)

Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements.

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

mardi 8 novembre 2016

LOUP, EN ITALIE COMME EN FRANCE...

À propos du Film «Storie di uomini e di lupi» présenté à Bergame dans le cadre du Festival du pastoralisme 2016.
http://www.ecodibergamo.it/planner/dettaglio/film-storie-di-uomini-e-di-lupi_1063690_832/

Ce film, tourné dans le Piémont et en France, recueille les témoignages des deux «parties» opposées sans prendre position :
- d’un coté les universitaires spécialistes du loup qui souhaitent son expansion et l’augmentation de sa population,
-de l’autre les éleveurs les bergers.
Dans le Piémont les proies des loups ne sont pas uniquement les ovins/caprins mais aussi les bovins; et les éleveurs, qui grâce aux alpages parvenaient à alléger les coûts élevés (par rapport à la baisse du prix de la viande), ont dû modifier complètement leurs méthodes de gestion. Fini les mises bas en montagne. Mais cela ne suffit pas à éviter les prédations. Les éleveurs de moutons et de chèvres se sont tous équipés de clôtures électriques et pour beaucoup de chiens de protection. Mais les prédations continuent parce que le loup est un animal très intelligent capable de repérer les points faibles des défenses et les moments plus propices pour attaquer.
De l'autre côté de la barricade on exalte « le retour aux équilibres naturels » en ignorant quasiment les problèmes sociaux qui en découlent et en ignorant que les éleveurs et les bergers ont permis une gestion du territoire qui s’avère importante aussi pour les zones densément peuplées et industrialisées en aval.
- Pour les éleveurs et les bergers il en résulte un sentiment d’amertume du fait d’une répartition très déséquilibrée des charges et des avantages d’une telle opération :
- En ville et dans les plaines on salue la présence du loup mais on ne renonce à aucun avantage de la modernité, du consumérisme, de l'industrialisation de l’agriculture. La nature doit « revenir » uniquement là où les acteurs sociaux sont trop faibles pour s’opposer à une re-naturalisation décidée en ville peut-être pour une opération de bonne conscience de surface, pour faire semblant de « remédier » aux dommages infligés aux écosystèmes. Mais les bergers et les alpagistes n’utilisent pas de pesticides, n’émettent pas de CO2, et utilisent des ressources renouvelables.  Et pourtant ce sont eux qui payent l’opération de retour du loup. Ce qui provoque un très fort ressentiment.
Sur ces problématiques concernant des aspects économiques, sociaux, environnementaux se greffe la forte valeur symbolique et émotionnelle du loup qui a toujours suscité chez l’homme de la haine ou de l’admiration (allant jusqu’à l’identification). Un sujet qui divise en profondeur et fait ressortir les contradictions de notre époque comportant davantage de paradoxes, d'hypocrisie et d’ambiguïté que les époques passées.
Difficile de traiter de cette question dans un film. Le choix de laisser les protagonistes s’exprimer était donc obligatoire, tout comme celui de ne pas en tirer de conclusions. Une histoire de ce genre ne peut avoir de fin tragique ou heureuse. Il s’agit d’un conflit ouvert (et qui le sera pour longtemps). Contrairement à tant de  documentaires environnementalismes sirupeux, ce film permet, à ceux qui sont disposés à laisser leurs préjugés à la maison, de commencer à s'orienter dans un sujet comportant de nombreux aspects et qui demande d’aller au-delà des apparences.




Le billet d'Ouragan : Mais pour dés écologistes culpabilisants et incapables de renoncer au confort que nos sociétés proposent au détriment de toute morale ou préservation de la planète, cela reste impossible, surtout lorsque le loup leur sert de rédempteur. Tapez sur les derniers ruraux qui impactent le moins la nature est devenu leur masturbation intellectuelle préférée.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour ceux qui veulent commenter mais qui n ont pas de compte, vous pouvez communiquer en tant qu'anonyme. Merci de mettre un pseudo en cas de conversation suivie.