BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)
Le courage c'est de chercher la vérité et de la dire ; ce n'est pas de subir la loi du mensonge triomphant aux services d'intérêts obscurs. (Ouragan d’après Jean Jaures)

Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements.

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

samedi 14 juillet 2018

LOUP, QUAND ENVIRONNEMENTALISTE RIME AVEC ESCROLOGIE


Analyse d'un article publié dans Reporterre. Un média capable quelquefois du meilleur mais tout aussi souvent du pire. 

La quasi totalité de l'article se veut condescendante et bon enfant ; on fait joujou avec le loup et on explique que la cohabitation est possible. Bien sûr on précise qu'il ne faut pas être malade ou affaibli. Seuls les supers bergers, grands protecteurs du canis lupus peuvent y arriver avec l’aide toutefois de Férus à travers Pastoraloup.

Je ne traiterai donc pas l'ensemble de cet  un article condescendant empreint de morale et de valeurs universelles conformes à l'idéologie des supers héros. On y laisse même sous entendre que le braconnage serait important et responsable des nombreuses attaques. Attaques qui ont pourtant commencé avant l'arrivée officielle des loups dans le Mercantour :  alors qu'un loup a déjà été tué au cours d'une battue en 1987," les gardiens du parc ne disent mot face aux éleveurs qui se plaignent d'attaques de chiens. L'administration se justifiera plus tard :" Nous avions pris la décision de ne pas officialiser cette présence de loups avant d'avoir définitivement écarté l'hypothèse qu'il s'agissait de chiens errants ensauvagés". Il s'agissait donc déjà bien d'attaques de loups comme le précise en 2000 le Ministère de l’Environnement, projet Life Nature, « Conservation des grands carnivores, le Loup en France », rapport final 1997-1999 de mai 2000 :« Les attaques sur le cheptel domestique constituent souvent un des premiers signes de présence du loup sur un nouveau secteur »

Là ou ça donne envie de gerber, c'est quand les moralistes affirment : « Une brebis attaquée c’est 500 euros, une chèvre, 800. Si on les avait vendues, on en aurait eu pour 100 euros. Et le nombre de personnes qui laissent tuer leurs animaux malades pour toucher l’indemnité… »
Une brebis laitière qui se fait attaquer en début d'estive, c'est la perte d'environ 120 jours de lactation, soit au minimum 180 litres de lait non transformé en fromage : 900€ de perte auxquels s'ajoutent les 100€ puisque on ne peut plus la vendre en fin de carrière. Sans compter l'agneau ou l'agnelle qu'elle ne donnera pas en fin de saison et la baisse de lactation de ses congénères stressées par l’attaque, entre 10 et 30 % selon les cas.
Pour une chèvre c'est aussi : 120 jours de lactation, soit au minimum 240 fromages, la perte s’élèverait à 960€ plus les 60€ perdus de la vente en fin de carrière. Toujours sans compter le ou les chevreaux(-ettes) (de 120 à 180€ pièces selon leur destination viande ou laitière, voire beaucoup plus en cas de reproducteur mâle génétiquement rigoureusement sélectionné). Ajoutons les pertes de rendement plus importantes chez les caprins stressés. 
 L'année suivante, dans les 2 cas, ovins ou caprins, vous gardez une agnelle ou une chevrette sélectionnée pour sa génétique performante en remplacement que vous ne vendez donc pas (180€). Puis vous perdez une année de lactation de l'animal prédaté (environ 1000€) en attendant que sa remplaçante devienne adulte (et peut-être rebelote si elle devient à son tour la proie d'un prédateur). 
En voilà un qui avait beaucoup de chèvres malades selon l'auteur de l'article dans le média Reporterre

Alors supposons que quelques éleveurs profiteraient de la situation pour toucher l''indemnité, si vous savez faire l’addition des pertes réelles, on est encore bien loin du compte pour l'ensemble de la profession qui subit la prédation.

C'est donc bien grâce à d'odieux témoignages de ce genre repris par des médias peu scrupuleux quant à l'estime qu'ils ont de leurs lecteurs et de la déontologie de l'information, que la légende de la cohabitation perdure chez les convaincus, envers et contre toute réalité.

Reporterre essaye de nous livrer une théorie universelle à partir du témoignage de 2 éleveurs sur une seule et même exploitation...!  Pour l'ensemble de la profession il en va tout autrement.

EXTRAIT DE LA LETTRE DE "l'association des Bergers Fromagers Rhônalpins" qui regroupe les éleveurs ovins lait de 8 départements, AU MINISTRE DE L'ÉCOLOGIE. 
- la compensation financière de pertes occasionnées par le loup.
J'attire tout particulièrement votre attention sur le fait que, pour des petits élevages laitiers fromagers, dont les surfaces pastorales primées sont fréquemment faibles, le revenu repose essentiellement sur la production de lait. La perte de seulement quelques individus (la perte de 3 à 5 brebis en une seule attaque n'est pas rare) peut mettre en péril, en une seule saison, la survie de l'exploitation toute entière si les indemnisations apportée par l'Etat ne couvrent pas le manque à gagner des exploitants. Le niveau d'indemnisation proposé dans le barème qui a été présenté aux organisations professionnelles et syndicales pour les ovins laits est en nette régression par rapport à la circulaire précédente de 2011, elle-même déjà très mal calibrée pour ce type d'élevage. Sans rentrer dans des détails techniques que nous pourrions vous développer au besoin, nous estimons par exemple que l'indemnisation de 525 euros proposée pour une brebis laitière fromagère revient à laisser à la charge de l'éleveur dans certains cas, entre le tiers et 3⁄4 de la perte subie ! Cela est consternant car cela revient à faire financer à l'avenir, encore plus qu'aujourd'hui, une part de l'alimentation du loup par les éleveurs eux-mêmes ! On peut remarquer en outre que l'indemnisation forfaitaire des pertes proposée pour des brebis laitières est toujours nettement inférieure à celle des caprins, et qu'aucune souplesse n'est prévue pour les ovins laits, permettant dans les cas particulièrement dramatiques et sur présentation de justificatifs, d'ajuster l'indemnisation aux pertes subies. Ce contraste est surprenant dans la mesure où, à notre connaissance, aucune donnée technique ou économique ne permet d'étayer un moindre coût d'élevage ou une moindre rentabilité des élevages ovins laits. Je ne peux supposer que cela soit dû à de simples considérations budgétaires qui s'exerceraient au détriment des éleveurs ovins.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour ceux qui veulent commenter mais qui n ont pas de compte, vous pouvez communiquer en tant qu'anonyme. Merci de mettre un pseudo en cas de conversation suivie.