BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)
Le courage c'est de chercher la vérité et de la dire ; ce n'est pas de subir la loi du mensonge triomphant aux services d'intérêts obscurs. (Ouragan d’après Jean Jaures)

Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements.

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

mardi 27 octobre 2015

LOUP, ONCFS, GARDE DES P.N.,.... LANGUE DE BOIS ET DÉSINFORMATION?

Pour faire suite a l'article "Abattre des loups, un «remède pire que le mal", voici un droit de réponse des ruraux concernés par l'impossible cohabitation:

En italique et "entre guillemets" les affirmations extraites de l'article en question:


"Lorsqu’on entre dans les bureaux de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) à Gap (Hautes-Alpes), la première chose que l’on voit est un loup empaillé. Ce n’est pas un trophée, plutôt une mascotte dans ce département où le loup divise la population..."
Le loup divise la population, et pour cause:
2015 une augmentation de la prédation de plus de 28% dans ce département.
Un département dans lequel les organismes d'état rechignent à divulguer les informations.
Des associations qui demandent le boycott des produits issus de l’élevage respectueux sous prétexte de sauver le loup, et par la même d'annoncer la couleur de l'impossible cohabitation.


 "le loup a prospéré : on en compte aujourd’hui environ 280 en France."
MAIS QUI PEUT LE CROIRE AU VUE DE LA PITOYABLE MASCARADE DES CHIFFRES?

Fin 2011 = 250 loups dans 13 départements pour 4913 victimes
Fin 2012 = 250 loups dans 15 départements pour 6021 victimes
2013 = 250 loups dans 22 départements pour 6195 victimes
2014 = 301 loups dans 31 départements pour 8226 victimes
2015 = 282 loups en France avec une augmentation des attaques et des départements colonisés


"les attaques contre les troupeaux de moutons ont provoqué la colère des paysans, qui ont frappé un grand coup en séquestrant, en septembre, un des deux dirigeants du parc national de la Vanoise. Et ils ont obtenu gain de cause : le gouvernement a concédé une augmentation du nombre de bêtes pouvant être abattues chaque année. Pour la période 2015-2016, 36 animaux peuvent être tués. On en est déjà à treize depuis début juillet."
Analysons ce petit paragraphe et ce gros mensonge destiné à nuire aux éleveurs. Un mensonge bien dans la tradition des défenseurs du loup: Le décret de prélèvement des 36 loups date de juin 2015, bien avant les événements du parc de la Vanoise.

Voici un décompte de la réalité concernant les prélèvements et vous verrez que nous sommes loin du compte:

Années Prélèvements maximum autorisés Prélèvement réalisés
2005 6 1
2006 6 2
2007 6
2008 8 1
2009 6
2010 6
2011 6 3
2012 11 3
2013-2014 22 12
2014-2015 24 17 (1)
Total 101 39



"Pour les agents de l’ONCFS, chargés d’appliquer les décisions d’abattage, le sujet du loup est trop « passionnel » pour pouvoir être géré correctement. « Nous n’avons pas à prendre parti pour ou contre le loup, explique Dominique Melleton. Mais on constate que les décisions sont prises plutôt par souci politique que par rapport aux données techniques. »"
Et pour cause, comme nous l'avons vu plus haut, qui peut croire aux publications officielles concernant le nombre de loup en France, d'autant que sont utilisées les données des associations qui ont stipulés à leur adhérents d'effacer les traces de présence de loup afin d'en minimiser le nombre!
Petite anecdote: « Vers 6 h 45, les observateurs et une équipe mobile, accompagnés d’agents de l’ONCFS, ont vu apparaître une meute de six loups, sur les traces d’une harde de chamois »
Du côté de l’ONCFS, on indique qu’un garde a pu confirmer la présence de deux loups sur la zone samedi, et qu’une fiche d’observation a été faite à partir des différents témoignages.
L'ONCFS niant la présence d'une meute dans ce secteur depuis toujours.
http://www.ledauphine.com/environnement/2015/03/25/partis-pour-compter-les-chamois-ils-assistent-a-une-attaque-de-loups
Photo prise sur l'alpage


"« Le nombre de proies augmente, les campagnes se désertifient, donc il n’y a pas de crainte à avoir : on n’éradiquera pas le loup »"
Traduction : "Patientez,  attendons tranquillement que les éleveurs disparaissent et la main mise sur les territoires se fera sans heurt!"


"« Les modes d’élevage actuels ne sont pas compatibles avec la présence de prédateurs », confie-t-il."
Les modes d'élevage actuel sont le fruit de l'évolution du pastoralisme qui a su s'adapter au monde moderne.
 Le pastoralisme constitue un exemple de secteur d’investissement au sein duquel le double objectif de développement et de conservation de la biodiversité peut être atteint par la reconnaissance de la contribution importante de ce système aux cultures, traditions, moyens d’existence et services des écosystèmes.
Cette adaptation a permis aux éleveurs et bergers de proposer des produits qui satisfont le consommateur avertit, sensible lui aussi au respect des animaux et de la nature, et a donc assurer la survie des activités pastorales. Si le pastoralisme actuel n'est pas compatible avec la réintroduction des loups dans les zones d'élevage extensifs, et si nous sommes toujours en démocratie, la seule conclusion qui s'impose est l'autonomisation des éleveurs à travers le partage des connaissances et le respect de leur consentement préalable, libre et éclairé. C'est donc à eux que revient le choix aux fin d'assurer ce double objectif de développement et de conservation de la biodiversité.


"« Il y a deux ans, un agent du Mercantour a été tabassé par un éleveur : il faut faire attention quand on attise les populations »,"
En effet, que les responsables des parcs armés, assermentés et soumis au devoir de réserve, cessent d'attiser le feu!
Extrait du témoignage de l’éleveur en question, 15 attaques depuis le début de l'année: "Avec l'agent du parc, il y a avait un stagiaire qui m'a dit de me taire et de m'adresser à leurs chefs, en bas. Le ton est monté et le stagiaire a fini par me dire que de toute façon, lui il était pour le loup et que les moutons, il n'en avait rien à faire. Je lui ai dit de dégager, de foutre le camp. La tension est montée et comme il refusait de partir, je n'ai plus pensé à rien. Je me suis révolté et j'ai fait une connerie. J'ai frappé l'autre agent accidentellement."
Le témoignage au complet ici


" Choqué par l’action menée contre le dirigeant de la Vanoise,"
Mais pas choqué contre le garde du parc de la Vanoise qui répond a Grégory Henry organisateur du "Trailers des pays de Savoie« Je trouverai bien une espèce protégée pour vous empêcher d'y aller »


 "..être en charge d’appliquer des décisions d’abattage qui ne résoudront, selon eux, aucun problème, est lourd en termes psychologiques : « Dans les Ecrins, nous avons eu trois longs arrêts maladie pour des problèmes psychiques cette année », "
La voilà la véritable fracture sociale: d'une part des gens assermentés et armés qui sont dans l'incapacité d’exécuter les ordres de leurs supérieur hiérarchiques, et qui ne subiront aucune contrainte physique et financière,  et d'autre part les éleveurs et bergers qui sacrifient leur vie de famille, leur intégrité physique et morale, qui se précarisent financièrement et qui se voient stigmatisés par une population à qui l'on ne dit pas la vérité. 


La désinformation sans relâche du public pour la stigmatisation des ruraux : "Vingt groupes de chasseurs partent dans des zones où la communication est difficile : il est utopique de penser qu’on sait réellement ce qui se passe », explique-t-il, redoutant qu’il n’y ait plus de loups tués en réalité que selon les chiffres officiels.
Quel est l'inconscient qui va prendre le risque de braconner justement ce jour là, encadré par les gardes, au milieu de  plusieurs dizaines d'inconnus, alors que la sanction est démesurée?


Aucun de ces intervenants ne redoute le nombre croissant d'ovins, de caprins, de bovins, d'équins, de chiens.... massacré par le prédateur. Ni le désarroi d'une population qui impacte très peu la nature, favorisant au contraire la préservation de la biodiversité comme peuvent s'en rendre compte l'ensemble des amoureux de la nature qui nous rendent visite d'année en année!

1 commentaire:

  1. Nous pensions l'oncfs soumise à un certain devoir de réserve​ et​ une ​neutralité ​certaine​.

    Ce n' est point le cas comme le montre cet article de 20 minutes o​ù ce chef de service pour les Alpes​ ​de Haute Provence ​s'épanche sans retenue, en ​militant de la cause des loups​.

    Le sachant, il​ nous est permis de mettre en doute le moindre rapport ainsi que les chiffres communiqués par les services de l'oncfs.

    Et en particulier le nombre de loups recensés sur notre territoire.

    RépondreSupprimer

Pour ceux qui veulent commenter mais qui n ont pas de compte, vous pouvez communiquer en tant qu'anonyme. Merci de mettre un pseudo en cas de conversation suivie.