BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)


Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

vendredi 17 octobre 2014

World Wide Fund, LA FACE CACHEE DU FOND pour LE MONDE SAUVAGE

VOICI COMMENT SE DÉFINIT LE W.W.F.

Adepte d'une philosophie basée sur le dialogue et le respect de l'autre, le WWF oeuvre quotidiennement pour que dans un avenir proche, le développement humain puisse se faire en harmonie avec la nature.

 WWF, partisans de l'action, sur la base du dialogue et du respect de l'autre

Le WWF a vocation à influencer toute décision publique intervenant dans sa sphère de compétences. Sans prise de position partisane, sinon celle de défenseur d’une planète vivante, il fait entendre sa voix tant au sein du débat national, qu’européen et international.

Depuis sa création, le WWF France s’engage auprès des acteurs pouvant contribuer à enrayer la dégradation des écosystèmes. Dans cette lutte, l’entreprise est un puissant levier de changement.


QUE TOUT CELA EST BEAU, MAIS QUE SE CACHE T'IL DERRIÈRE TOUS CES MERVEILLEUX DISCOURS  ?




Pandaleaks:"The dark side of the WWF" ("La face cachée du WWF" ) 
Disponible

CHAPITRE I

http://www.pandaleaks.org/operation-lock/ = traduction: 

Nous avons le plaisir et la fierté de vous annoncer la publication depuis longtemps attendue de « PandaLeaks The dark side of the WWF » (la face caché du WWF) Le livre controversé, écrit par le journaliste et réalisateur allemand récompensé Wilfried Huismann, est enfin disponible en anglais, sans coupe et mis à jour.

Pandaleaks est un tour de force journalistique révélant les sombres secrets derrière la bienveillante et souriante façade de du WWF. Le texte de Huissman est arrivé directement en tête des vente en Allemagne et ce malgré le fait que le WWF ait réussi à bloquer les ventes pendant plusieurs semaines avec une campagne massive de menace envers les libraires.

Une série de procès intentés par le WWF ont également échoué dans leur tentative de censurer le livre.
(rappel : WWF partisans de l’action, sur la base du dialogue et du respect de l’autre.)

Le WWF ne peux réfuter les faits rassemblés par Wilfried Huismann durant ces deux ans de recherches aux quatre coins de « l'empire vert » : Le WWF une marque de protection de la nature reconnue mondialement est de mèche avec les plus gros pollueurs du globe. Le WWF « efface » les crimes écologiques liés aux affaires des compagnies qui détruisent actuellement les dernières forets vierges et habitats naturels restant sur notre planète, pendant que la fondation accepte leur argent.

Le WWF ne renonce même pas à collaborer avec le géant des OGM Monsanto. Le modèle économique de la fameuse organisation « écologique » fait finalement plus de mal que de bien a la nature.
(rappel : WWF partisans de l’action, sur la base du dialogue et du respect de l’autre.)


Le journal Allemand « Süddeutsche Zeitung » a dit à propos de ce livre : «  il décrit l'image d'une organisation environnementale qui marche main dans la main avec les industries ; faisant des marchés avec les riches et les puissants, les compagnies pétrolières et les mafias des OGM , en oubliant ses buts et perdant même son identité au cours du processus » Huismann a également creusé profondément dans les origines de la plus grande, plus puissante et plus connue des organisations environnementales et trouvé plusieurs squelettes dans les placards : Le club secret et privé « the 1001 » ainsi qu'un commando militaire privé déployés en Afrique contre des braconniers mais aussi contre les mouvements de libération de l'Afrique Noire.(rappel : WWF partisans de l’action, sur la base du dialogue et du respect de l’autre.)

Au nom de la protection de l'environnement le WWF a participé à la délocalisation et à l'extinction culturelle des peuples indigènes partout dans le monde. Plus de 20 millions de personnes partout sur la planète sont désormais considérées comme des « réfugiés de la conservation ».(rappel :  WWF partisans de l’action, sur la base du dialogue et du respect de l’autre.) Le magasine Suisse Zeiptpunkt dit du livre de Huismann qu'il y a autant de suspense que dans un thriller. The journal Allemand Die Welt écrit : « les révélations de ce livre brisent la foi envers le panda en tant qu'organisation bénéfique »



CHAPITRE II

"Le côté obscur de la WWF (NB : UICN / LCIE même famille) et ses accords."
"WWF vend son âme aux corporations
"
WWF International, l’association de conservation la plus importante au niveau mondial, est accusée de “vendre son âme » en forgeant des alliances avec de puissantes entreprises qui détruisent la nature et utilisent le label WWF pour « verdir » leurs activités.
Ces dénonciations proviennent d’un livre explosif : « Le silence des pandas », bestseller en Allemagne en 2012 mais qui, suite à une série de procès, ne sort que la semaine prochaine en Angleterre, rebaptisé « Panda leaks ». Son auteur, Wilfried Huismann, prétend que l’association WWF International basée à Genève, a reçu des millions de dollars de la part de divers gouvernements et entreprises. Des multinationales telles que Coca-Cola, Shell, Monsanto, HSBC, Cargill, BP, Alcoa et Marine Harvest ont ainsi bénéficié du label WWF tout en poursuivant leurs activités à l’identique.
Huismann prétend qu’en mettant en place des « tables-rondes » d’industriels exploitant des matières premières stratégiques telles que l’huile de palme, le bois, le sucre, le soja, les biofuels et le cacao, WWF International est devenu un pouvoir politique trop proche de l’industrie et en phase de devenir dépendant de l’argent de ces compagnies.

D’après Huismann, « WWF est un prestataire des géants du secteur de l’alimentation et de l’énergie, leur offrant une image vertueuse et progressiste... D'un côté, il protège la forêt, d’un autre, il aide ces groupes à exploiter de nouvelles terres. WWF aide à vendre l’idée d’une relocalisation volontaire des populations autochtones. » (rappel : WWF partisans de l’action, sur la base du dialogue et du respect de l’autre.)

La philosophie de la conservation promue par WWF a considérablement changé au cours des 50 dernières années, mais jusqu’à récemment le discours dominant était que les hommes et la « vie sauvage » ne pouvaient pas cohabiter, ce qui a conduit WWF à être accusé de complicité d’éviction des peuples indigènes en Afrique et en Inde.(rappel : WWF partisans de l’action, sur la base du dialogue et du respect de l’autre.)

Le livre prétend aussi que WWF, fondé en 1961 par les Princes Philip d'Angleterre et Bernhart des Pays-Bas, anime un club d’élite qui rassemble 1001 personnes parmi les plus riches du monde, dont les noms ne sont pas révélés. Industriels, philanthropes et ultra-conservateurs, naturalistes de la haute société, ils sont réputés pour former un réseau de « vieux garçons » qui influencent en sous-main les pouvoirs politiques et économiques.
Parmi les noms qui ont fuité au cours du temps, notons le Baron von Thyssen, le patron de Fiat Gianni Agnelli et Henry Ford, ainsi que des politiciens corrompus tels que Mobutu Sese Seko (Zaïre), l’ancien président du comité olympique Juan Samaranch, et le baron de la bière Alfred Heineken.
Huismann confie à l’observer que « ‘Le club des 1001’ joue toujours un rôle important pour le WWF, même s’il ne s’agit pas d’un comité central secret. Je déteste les théories du complot, mais je suis persuadé que le discret ‘club des 1001’ influence encore les décisions stratégiques du WWF, parce que nombre de ses membres sont des acteurs importants des puissantes multinationales industrielles et financières qui gouvernent la planète. »

PandaLeaks dénonce aussi les relations du WWF avec l’industrie de l’énergie. Son premier sponsor industriel a été Shell, dont l’un des présidents a également été président de WWF. L’organisation a récemment annoncé qu’elle n’accepterait plus de dons des compagnies pétrolières, mais en 2010 elle a été payée par Shell et BP pour étudier quelles forêts dans l’hémisphère sud devraient être conservées et où des coupes pourraient être réalisées pour l’activité industrielle.

WWF affirme que l’environnement ne peut être protégé que par le dialogue avec les acteurs engagés dans les industries extractives et polluantes. (rappel : WWF partisans de l’action, sur la base du dialogue et du respect de l’autre.)
« Pandaleaks est un livre basé sur un documentaire télévisé allemand discrédité, qui n’a pas respecté les normes de base du journalisme. Il n’est pas factuel et ne montre pas une image représentative de WFF », affirme un représentant.
« WWF aimerait bien avoir une influence politique dans l’intérêt de ses membres et de sa cause. Nous cherchons à rallier l’industrie de manière stratégique, car l’industrie génère des impacts environnementaux importants ».
« Nous ne pensons pas avoir vendu notre âme, mais il est vrai que nous sommes désormais plus regardants quant aux conflits d’intérêts avec nos donateurs et commanditaires. Nous sommes au stade final d’un projet de plusieurs années visant à mettre à jour nos normes de transparence et de comptabilité en ce qui concerne les partenariats avec des entreprises. » Le représentant défend également le bilan de l’organisation en lien avec les compagnies pétrolières comme Shell et avec la relocalisation des populations autochtones:

 « D’une manière générale, WWF a commencé à rompre ses relations avec les compagnies pétrolières il y a plus de 10 ans. En 2013, moins de 10% des revenus de l’organisation provient d’entreprises privées. Pour WWF International, la proportion de financements provenant des entreprises privées était de 6% en 2013. ‘Le club des 1001’ n’est qu’une des nombreuses sources de dons pour WWF International ».

« En Inde, il y a eu des relocalisations forcées, mais WWF-Inde s’y est toujours opposé et a veillé à ce que les peuples des forêts qui ont accepté des relocalisations volontaires ne soient pas privés de leurs droits ou lésés. »

Sous la présidence de Prince Bernhart, le WWF a été suspecté de vouloir créer un immense parc national de l’Afrique du Sud au Kenya. Le livre, s’appuyant sur une commission judiciaire sud-africaine de 1996, prétend qu’un vétéran des services secrets anglais a mené une équipe de mercenaires anglais en Afrique du Sud en 1989, pour former des unités anti-braconnage afin de lutter contre la trafic de rhinocéros. L’opération, qui a échoué, semble avoir été partiellement financée par le Prince Bernhart. D’après une investigation menée par le Prince Philip, les fonds du WWF n’ont pas été engagés dans cette opération.

Le livre documente aussi la façon dont le Prince Philip, premier président de WWF en Angleterre, a tué un tigre dans le parc Ranthambhore en Inde, peu avant que l’organisation ne soit créée. Dans une interview avec Huismann, Philip déclare :

 « Mise à part cette fois-ci en Inde, je n’ai jamais chassé le gros gibier. La meilleure façon d’être sûr d’avoir une population sauvage raisonnable et de s’assurer qu’elle est équilibrée. On ne peut pas juste laisser faire la nature ».




CONCLUSION

On ne peut pas juste laisser faire la nature ».
On ne peut pas juste laisser faire la nature ».
On ne peut pas juste laisser faire la nature ».
On ne peut pas juste laisser faire la nature ».


“The revelations of this book shatter faith in the panda as a force for good.”
"Les révélations de ce livre brisent la foi dans le panda comme une force au service du bien."

Sa collaboration avec Monsanto (Syngenta aussi)
et autres corporations ...
l'écoblanchiment de grands business
ses commandos militaires
le déplacement et l'extinction de peuples indigènes ..
(il manque juste la mort programmée du pastoralisme et la protection de ceux qui accepteront volontairement la délocalisation!)


ET POUR ENFONCER LE CLOU:

L'Organisation Survival International, mouvement mondial pour les droits des peuples indigènes, a révélé que de graves abus étaient commis à l’encontre des Pygmées baka du sud-est du Cameroun, aux mains des brigades anti-braconnage soutenues et financées par le WWF.
Le WWF est complice de violations des droits de l'homme au Cameroun.
(Survival désigne aussi dans son texte le WWF en des termes on ne peut plus clairs : Le géant de l'industrie de la conservation). 
a lire dans LE LOUP DES VOISINS

Ecrivez au directeur du WWF pour lui demander d’arrêter de financer les abus perpétrés au nom de la conservation au sud-est du Cameroun. (WWF partisans de l’action, sur la base du dialogue et du respect de l’autre.)

dans le même registre: http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2014/02/loup-la-face-cachee_9.html

La repentance est toujours possible mais s'engager dans la protection de l'environnement est il une forme de repentance ?

C'est la question que nous pourrions nous poser au sujet des deux co-fondateurs du WWF, le Prince Philip d'Angleterre et le prince Bernhard de Hollande, tous deux anciens sympathisants du nazisme des années 30. 

EN SAVOIR PLUS
Il est aussi surprenant de découvrir que le " WWF est l'héritier direct des chasses coloniales rassemblant une élite économique et politique partageant un intérêt commun pour la chasse et une idéologie commune de supériorité des pratiques occidentales dans les gestion des milieux naturels 
EN SAVOIR PLUS

Le WWF gére l’oasis par aimable concession de la Sacra et peut-être qu’il n’était pas utile au WWF de mécontenter les aristocrates et les riches actionnaires de la Sacra socialement affiliés à l'idéologie du WWF (né de princes-financiers comme Bernhard de Hollande). C’est ainsi que tout allait bien pour la plus grosse installation de biogaz de Capalbio. Comment a fini cette histoire est une chose connue : la centrale ne se fait pas parce que la Province et la Commune s’y sont opposées, mais la Sacra a engagé un recours civil pour des millions de dédommagement. Le WWF est resté silencieux tout au long de l'histoire du biogaz de Capalbio. Alors maintenant comment peut-il s'opposer à la centrale beaucoup plus petite de Alberese ? Il n’a pas la conscience tranquille, il a la conscience sale, il défend l’indéfendable et donc doit s'aligner avec les affairistes de Legambiente, qui n’ont pas l’intention de se limiter à la seule centrale de biogaz de Alberese.
EN SAVOIR PLUS

Ce n’est un secret pour personne : dans le monde, des millions d’autochtones ont été chassés de leurs terres pour laisser la place aux géants du pétrole, du métal, du bois et de l’agriculture. Mais peu de gens savent que la même chose se passe au nom d’une cause bien plus noble : la protection de l’environnement. Des chefs de tribu de presque tous les continents ont établi une liste des organisations responsables de la destruction de leurs cultures. Parmi celles-ci figurent non seulement Shell, Texaco, Freeport et Bechtel, mais également des noms bien plus surprenants, tels que les ONG Conservation International (CI), The Nature Conservancy (TNC), World Wildlife Fund (WWF) et Wildlife Conservation Society (WCS). Il est même possible que l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), pourtant plus sensible aux problèmes liés à la culture autochtone, y figure. 
EN savoir plus

Le président d’honneur du WWF d’Espagne est le roi lui même. Récemment ce grand chasseur a vu son image quelque peu chahutée après avoir été rapatrié du Botswana ou il c’était blessé dans son bungalow . Il faisait discrètement dans ce pays un safari au rhinocéros d’une valeur de 30 000 euros. 
Extrait de : http://mathieuerny.unblog.fr/2013/02/04/les-indulgences-au-troisieme-millenaire/


Un nouveau rapport révèle la face cachée de la conservation

Plusieurs organisations de conservation parmi les plus importantes au monde, telles que leWWF et The Nature Conservancy sont impliquées dans ce scandale. Et United for Wildlife, l’organisation fondée par le prince William et le prince Harry, ignore les appels qui lui ont été lancés visant à garantir les droits des peuples indigènes à vivre sur leurs terres ancestrales et à y pratiquer la chasse de subsistance.
Dauqoo Xukuri, un Bushman de la Réserve naturelle du Kalahari central au Botswana a dit : ‘Je m’assois et regarde l’horizon autour de moi. Partout où il y a des Bushmen, il y a du gibier. Pourquoi? Parce que nous savons comment prendre soin de la faune’.
Mais rien n'y fait, la main mise sur des millions d'hectares à travers le monde est devenu l'unique préoccupation des défenseurs de la nature!

Etude sur la nature des mouvements écologistes et leurs véritables objectifs

Le prince philip, le WWF et la conspiration bénédictine



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour ceux qui veulent commenter mais qui n ont pas de compte, vous pouvez communiquer par le biais du formulaire de contact en précisant à quel article s adresse le message. Depuis la supression des commentaires anonymes, la haine et la diffamation ont totalement disparues du blog.