BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)
Le courage c'est de chercher la vérité et de la dire ; ce n'est pas de subir la loi du mensonge triomphant aux services d'intérêts obscurs. (Ouragan d’après Jean Jaures)

Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements.

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

mardi 10 novembre 2015

LES ASSOCIATIONS RÉCOLTENT CE QU'ELLES ONT SEMÉE.



Et cette fois, en lozére, la récolte est à la hauteur de la semence déversée par l'association "Aleppe,"
Cela sonne comme un avertissement, car plus le temps passe et plus la situation du pastoralisme s’aggrave.

Le loup exacerbe toutes les tensions : violente altercation au siège de l'ALEPE


Faut il s'étonner de ces dérives alors que le président de cette association s’évertue à  remuer le couteau dans la plaie de ceux qui subissent la prédation. Les éleveurs sont a bout, se sentent piégés, acculés, abandonné, en un mot sacrifiés sur l'autel du loup.

Comment M. Rémi Destre, professeur d'enseignement secondaire peut il publier dans la Lozère Nouvelle de septembre 2015, sous le titre  "Vivre avec les loups en Lozère" , de telles provocations qui ne sont qu'affirmations idéologiques et en rien scientifiques, stigmatisant de fait les ruraux qui vivent de et avec la nature?
 Une réponse des acteurs concernés, forte et raisonnée,  publiée dans le N° de la Lozère nouvelle du 2 octobre 2015, que nous remercions au passage, avait pour finalité de calmer les esprits et de rétablir les vérités.

 Mais les affirmations théorétiques de M. Rémi Destre ont mis le feu aux poudres, à ce demander si ce n'était pas le but recherché!

Comme le fait si bien remarquer le Webmaster de la Fédération des Acteurs Ruraux:  "Ce soir cette association se trouve dans la même situation qu'un éleveur dont le cheptel a subit une attaque de loup.
Souhaitons que cela ramène les membres de ce groupuscule a la réalité et qu'ils ne restent pas dans une position dogmatique, partisane, militante... sur le dossier des prédateurs..."

Ou l'on s'aperçoit que la réintroduction des grands prédateurs dans les zones d'élevage des pays à fortes densité humaine, déchaîne les passions de ceux qui ne subiront jamais l'ombre d'une contrainte liée à la prédation et exacerbe les tensions de ceux qui sont les seuls à participer à cette cohabitation. Une cohabitation dont les instances Européennes ont admis l'utopie: "dans les zones ou évolueront les grands prédateurs,  sont inclus les secteurs où doivent être établies de fortes restrictions à l’élevage, en accord avec les réalités locales, afin que l’élevage ne perturbe pas les carnivores. /…/ WWF, UICN, LCIE

 L'ensemble des éleveurs et bergers que je représente à travers le "Collectif pour la Sauvegarde du Pastoralisme Ailleurs et dans le Diois" lancent un appel à la raison à l'ensemble des intervenants.
Même son de  cloche pour le département:
Suite à la destruction des locaux de l'Association Lozérienne pour la Protection de l'Environnement (ALEPE), en présence des salariés, par une vingtaine d'éleveurs, membres de la Coordination rurale 48, le Département considère que, bien qu'il faille répondre à la problématique du loup dont la présence est incompatible avec l'élevage extensif tel qu'il est pratiqué en moyenne montagne, des solutions doivent être envisagées de façon pragmatique et dans le respect des formes d'expression garanties par la démocratie à savoir le dialogue, l'échange et la médiation. Le Département comprend le désarroi des agriculteurs et les soutient mais les méthodes employées, violentes et inadmissibles, ne sauraient être cautionnées.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour ceux qui veulent commenter mais qui n ont pas de compte, vous pouvez communiquer en tant qu'anonyme. Merci de mettre un pseudo en cas de conversation suivie.