BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)
Le courage c'est de chercher la vérité et de la dire ; ce n'est pas de subir la loi du mensonge triomphant aux services d'intérêts obscurs. (Ouragan d’après Jean Jaures)

Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements.

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

jeudi 13 juillet 2017

LES ÉCOLOGISTES, DE QUI SONT ILS LE BRAS ARMÉS?

"L'obsession américaine de l'accès aux ressources face à l'augmentation de la population humaine n'a pas diminué. Le fameux Paul Ehrlich qui a publié en 1960 avec sa femme Anne H. "The population bomb", ouvrage traduit en français sous le titre "La bombe P", récidive. Toujours entouré de scientifiques, il lance cette fois-ci un cri d'alarme à propos de la disparition des animaux sur terre. En cause : les humains et toujours leur manie de se reproduire et d'augmenter en nombre"

Ceux qui veulent approfondir le sujet et comprendre pourquoi les écologistes biens pensants s'acharnent à voir disparaître les petits paysans sous prétexte de sauver la planète et la biodiversité, afin d'obtenir la rédemption pour préserver leurs modes de vie, pourront se faire une idée en lisant l'article de Françoise Degert 

Les malthusiens ont encore frappé


Extrait : " En clair, avant la révolution industrielle, l'éleveur et le paysan rendaient à la terre ce qu'ils lui prenaient ou empruntaient en y laissant des fumures. L'homme participait ainsi au cycle de vie. Poussée par la recherche de rendements pour nourrir les villes et par le manque de bras, l'agriculture industrielle épuise les sols "
" En conclusion : ce ne sont pas les hommes dans leur ensemble qui détruisent le monde mais le système économique aux mains d'une infime minorité qui détient le pouvoir."

Le billet d'Ouragan : Que les écologistes acharnés à protéger les zones intactes dans lesquelles vivent les petits paysans et bergers bienveillants envers la nature se remettent en question et ouvrent les yeux. 
"En plus de protéger les espaces il faut empêcher de détruire" affirment les écologistes biens pensants. Nous leur répondons, arrêter de détruire et les espaces que les acteurs ruraux qui vivent de et avec la nature ont su garder intact continueront à vivre. Ils resterons d'autant plus intact si vous prenez en compte "l'autonomisation des paysans à travers le partage des connaissances et le respect de leur consentement préalable, libre et éclairé." 

mercredi 12 juillet 2017

ÉCOLOGIE, POUR CERTAINS "AMOUREUX DE LA NATURE" LE PASTORALISME N'EXISTE PLUS.

Dans le cadre de "Coeur de Nature", la région PACA, le Conseil Général des Hautes Alpes,  la communauté des communes, la Maison du Berger sponsorisent ou sont partenaires du "Festival de l'écologie en montagne" qui se déroulera à Les Borels, 05 260 Champoléon le 15 et 16 Juillet.

Une belle affiche dans laquelle vous pourrez y voir un randonneur, un VTTiste, un pécheur, un alpiniste, un promeneur, des oiseaux, des papillons...

Seulement voilà, posons-nous la question suivante :
Comment se fait-il alors que, je cite : « le pastoralisme - la production extensive de bétail dans les pâturages - offre d'énormes avantages à l'humanité et devrait être considéré comme un élément majeur de la transition mondiale vers une économie verte »/…./
« le pastoralisme durable dans les écosystèmes de grands pâturages libres / …/ préserve la fertilité des terres et le carbone présent dans sol, et contribue à la régulation de l'eau et à la conservation de la biodiversité./.../»
  • Comment se fait-il donc que ne soit représenté aucun signe de cette activité primordiale pour la biodiversité, pour la vie rurale et pour l'ensemble des activités revendiquées par cette affiche?
  • Comment se fait-il que la conservation de bon nombre de milieux et d’espèces étant liée au maintien des pratiques agricoles et pastorales, rien sur l'affiche ne laisse supposer que tous ces amoureux de la nature vont fouler nos terres que nous et nos animaux partageons avec eux?

  • Mais plus encore, comment se fait-il que dans le cadre de cette manifestation soit prévue une projection pour le moins ambiguë puisqu'elle s'intitule "Avec les loups" ? Pourquoi cette vidéo conférence n’apparaît que au dos de petits flyers? Pourquoi ne pas en faire la promotion sur l’affiche?
La semaine dernière devait avoir lieu à la Maison du Berger une vidéo-conférence dont le thème nous a laissé pantois : " « Une cohabitation est possible entre l'élevage et le loup ; reste à savoir comment » cf QUAND LA MAISON DU BERGER DÉVIENT CELLE DU LOUP

Samedi prochain, "le festival de l'écologie en montagne" tire un trait sur le pastoralisme, un peu comme si les écologistes confirmaient à leur manière que la cohabitation coexistence est impossible. 

Nous éleveurs et bergers qui avons façonné ces régions depuis des millénaires, demandons à être reconnus et associés aux manifestations censées mettre en valeur nos territoires. 

Nous le demandons d’autant plus fort que cette manifestation est sponsorisée par la région, le Conseil Général,  la communauté des communes, et plus encore la Maison du Berger.
Nous réclamons aussi de connaitre la teneur du film " avec les loups". Parce que "avec les loups", ce ne sont pas les randonneurs, vvtistes, promeneurs, alpinistes...qui subiront les contraintes physiques, morales, financières et psychologiques dues à la prédation. Ce sont bien les acteurs ruraux totalement ignorés dans cette parodie de "festival de l’écologie" qui en feront les frais.

P.S. Nous tenons à préciser que  s'ajoutent à notre détresse, les graves dégâts physiques et moraux occasionnées par les chiens de protection devenus de véritables chiens de combat incontrôlables après quelques sutures. Cela contribue lourdement aux insupportables conditions de vie que nous supportons dans la solitude et l'ignorance de la majorité des citoyens, et pire, le mépris de ceux qui ne veulent pas voir la réalité en face :

LOUP, LA FACE CACHÉE DES PRÉDATEURS

LOUP, LA FACE CACHÉE DES PRÉDATEURS, TOME II

World Wide Fund, LA FACE CACHEE DU FOND pour LE MONDE SAUVAGE

CLÉOPATRE, réseau d'appui aux berger​s​. En appellant le 06 99 50 77 05 un bénévole vous écoutera et cherchera avec vous à surmonter un problème ou un moment difficile.
Une initiative ASPIR, ABBASP et Maison du berger pour les bergers qui ont du réseau!
Si urgence appeler le 112.



dimanche 9 juillet 2017

LOUP, MANIFESTATION DANS LE TRIEVES

SAMEDI 9 JUILLET 2017 À LE PERCY DANS LE 38:

Vidéo le Dauphiné : http://www.dailymotion.com/video/x5sxc0k_loup-les-vacanciers-face-a-la-detresse-des-eleveurs_news

L'association des Éleveurs et Bergers du Vercors ainsi que l'association Solidarité Pastorale,étaient représentées lors de cette manifestation qui s'est bien déroulée .

Bien sûr plusieurs kilomètres de bouchon n'étaient pas pour faire plaisir aux estivants qui ne rêvaient que de plage sous une chaleur torride mais majoritairement les réactions nous étaient favorables.

De nombreux élus étaient présents , les maires localement dont Yann Souriau,  Madame Puissat conseillère départementale, Madame Battistel, députée, Monsieur Didier-Claude Blanc, conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes ( Nyons)représentant L Wauquiez ,  ( et sûrement  d'autres personnalités que je n'aie pas rencontrées ) , une forte délégation de chasseurs de l'Isère solidaires et conscients de ce qui les attend, des journalistes ( pas de TV) .

Le message consistait à dire " Élevage ou loup, il faut choisir".

Yann Souriau nous a relaté la réunion entre Monsieur Savin, sénateur de l'Isère ,  les élus du Vercors ( 38), du Trièves, du Royans ( 38), de la Matheysine  à la préfecture de l'Isère en présence du Préfet et de ses services administratifs ( DDT). L'accent a été  mis sur :

- la sécurité publique qui n'est plus assurée face aux troupeaux de génisses rendues folles de terreur par la présence des loups, les chiens de protection épuisées et stressés,

- Les conséquences économiques, la ruralité mise à mal, le rôle de l'ONCFS etc...

Les administrations ( DDT , ONCFS) n'étaient pas au mieux de leur forme....

En Isère le vent tourne et le "pouvoir"  dans les mains d'une administration qui s'est crue pendant 20 ans toute puissante est en train de se fissurer.

A suivre...et toute notre reconnaissance à Yann Souriau, leader d'un mouvement qui ne s’arrêtera plus si nous restons vigilants et actifs.

Lire l'article complet de "Terre Dauphinoise" : Le loup sur la route des vacances

samedi 8 juillet 2017

LOUP, RÉTROSPECTIVE 2007 AU SÉNAT

LE TÉMOIGNAGE DE MME ISABELLE FEYNEROL, ÉLEVEUR DANS LES ALPES-MARITIMES

« Logiquement, nous avons tous ri, enfants, de la peur du loup. Nous avons été à l'école pour acquérir des bases et vivre dignement de notre métier. Le septième art, avec Kevin Costner dans Danse avec les loups, et avec L'ours de Jean-Jacques Annaud, nous a épris.

Nous vivons auprès de tous les utilisateurs des espaces agricoles privés, communaux, des randonneurs, tantôt scientifiques, tantôt bucoliques, des amoureux de la nature, des chasseurs, des soigneurs, des sportifs, des débroussailleurs, des pâtres, des agriculteurs, et notre acuité n'a cessé de s'aiguiser sur notre environnement et ses grands équilibres.

Une révolution éclate vers les années 90.
Celui qui avait disparu de nos paysages colonise l'arc alpin et propage la terreur dans le milieu pastoral, complètement vulnérable.

Ailleurs, grosses polémiques entre chiens et loups, entre pro et contre.

Mes collègues, dans le Mercantour, assaillis, écrivent, manifestent, c'est insupportable.
Les actions des groupes professionnels entre 1993 et 2002 sont multiples. L'incompatibilité entre présence du loup et maintien d'un pastoralisme durable est réaffirmée.

En 1999, le rapport de mission parlementaire conclut que le loup doit être exclu des zones d'élevage. En 2001, une rencontre européenne demande la renégociation de la Convention de Berne et aboutira à la création de l'association européenne de défense du pastoralisme contre les prédateurs.

J'habite à l'opposé du département, à 40 km au nord de Cannes et à partir de 2002, je subis six attaques, et là, de fait, je me suis ouverte à la complexité !
5 novembre 2002, création de la commission d'enquête parlementaire sur les conditions de la présence du loup en France.

Serait-ce possible alors ?

19 structures intervenantes, pour quatre années de recherche sur les systèmes d'élevage en montagne méditerranéenne confrontés à la prédation, c'est le séminaire d'Aix-en-provence (15 et 16 juin 2006).
Pendant ces quatre années, il y a péril en la demeure. J'ai opté pour l'adaptation. Afin de tout mettre en oeuvre pour protéger mes animaux, je signe la mesure, et les pouvoirs publics nous aident ... ou achètent notre silence ... ? Et pour dormir, je compte les moutons.

Merci Marie et Mathieu de m'aider pour construire quatre parcs de nuit, merci Benoît de m'aider à faire héliporter ma cabane sur la crête du Thiey, mon estive, et merci l'ONCFS, pour les expertises de cadavres et constats de charognes.

Je suis dévorée par le besoin de COMPRÉHENSION, je lis tout ce que je peux trouver à ce sujet. La fascination du loup est énorme, elle fait couler de l'encre et les publicitaires l'utilisent.

J'enrage de mon impuissance quand je constate les dégâts par temps de brouillard l'hiver, par pleine lune les nuits d'été, par Mistral qui m'empêche d'entendre mes cloches et quand mon troupeau se divise, dans des zones boisées.
C'est comme l'épée de Damoclès.

Il y a un habitat sur la montagne du Cheiron, la vallée derrière. Tous les éleveurs y sont passés, tous ont connu ces paniques inouïes de troupeau (je pense au Silence des agneaux).
Ma vie n'est pas du cinéma.

Mes contraintes se sont multipliées, je dois réagir à la désorganisation, je dois m'en sortir.
Bien qu'ayant mon permis de chasser, devrais-je apprendre à tirer un loup si la pression due à la progression de 20 % par an de la population de canis lupus m'y obligeait ?
C'est qui, qui doit faire les frais ?

Si un jour, cher Monsieur le sénateur, nous parvenons à transmettre ceci, sans aucun sarcasme autour ;
Si le sapere aude de Kant (« aie le courage de raisonner par ton propre entendement »), la devise des Lumières, peut tenir en éveil notre assemblée ;
S'il vous plait de nous reconnaître une place utile dans notre société ;
Communiquerons nous avec tous les arts, pour montrer notre détermination, notre engagement, notre rusticité pour résister à tout, notre instinct de conservation, et penser parallèlement à notre force, que nous accumulons pour relancer l'élevage ovin ?

Contre-attaquerons-nous chaque mauvais exemple, les caricatures folkloriques, les humiliations faites à ce métier, avec autant d'art ?
Pour cette nouvelle rentrée, vous avez battu la campagne et vu ceux qui l'entretiennent, et vous avez mesuré les investissements humains colossaux qui ont été mis en oeuvre pour survivre en zone défavorisée.

On ne badine pas avec la sueur de nos prédécesseurs. On regarde chaque muret, on sait ce qu'un lopin de terre a coûté, on se souvient de tous ces cailloux à ramasser et de tous ces canaux à entretenir pour que coule l'eau et la vie.
« Aussi peu nombreux sont ceux qui ont réussi à se dégager de la minorité par un travail de transformation opéré sur leur propre esprit et à faire tout de même un parcours assuré » (dixit Kant).

Alors si une résonance de notre entrevue du 25 juillet dernier peut se réaliser, si ma raison de vivre vous a convaincus, je resterai bergère et libre de mes pensées sur un loup qui n'est pas plus à protéger que chacun de nous ».

Rapport d'information n° 168 (2007-2008) de MM. Gérard BAILLY et François FORTASSIN, fait au nom de la commission des affaires économiques, déposé le 16 janvier 2008

Revenons à nos moutons : un impératif pour nos territoires et notre pays 16 janvier 2008


dimanche 2 juillet 2017

LOUP, LETTRE OUVERTE À NICOLAS HULOT


                                                                                                     À l'attention de :

                                                   Monsieur le Ministre de la Transition écologique et solidaire,
                                                   Hôtel de Roquelaure, 246 boulevard Saint-Germain
                                                   75007 PARIS



Les Pres le 29 juin 2017


Monsieur Le Ministre de la Transition écologique et solidaire,


Ancien chevrier à la retraite, porte-parole de plusieurs associations d'éleveurs et bergers, 1er adjoint dans ma commune membre de l'USAPR* qui subit de plein fouet la prédation, bien que cette démarche soit soutenue par les associations citées dans l’annexe et par de nombreux éleveurs et bergers, je vous écris aujourd'hui « en mon nom propre. »

Nous avons bien entendu vos positions sur la problématique du loup.
Avez-vous affirmé « C’est un équilibre à trouver entre la préservation du loup et la possibilité de faire du pastoralisme » ?
Si oui, c'est ce que nous répondent tous les Préfets qui ne sont que les représentants de l’État et de sa politique en préambule de chaque "Comité loup".

M. Hulot, sauf erreur de ma part, la « Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme » (1) est membre de L'UICN. 
Pour le WWF, l'UICN et le LCIE l’équilibre entre la préservation du loup et"la possibilité de faire du pastoralisme" est réduite à peau de chagrin :
« Dans ces zones [où évolueront les grands prédateurs] sont inclus les secteurs où doivent être établis de fortes restrictions à l’élevage, en accord avec les réalités locales, afin que l’élevage ne perturbe pas les carnivores ».
Dans les « territoires inadaptés à sa présence : secteurs du centre et de l’ouest de la France particulièrement axés sur l’élevage intensif  où sa présence sera inappropriée […]  renforcement du prélèvement rendant le loup inapte à son installation. »

M. Hulot, ce déséquilibre entre de fortes restrictions pour l’élevage traditionnel extensif et l’exclusion des prédateurs dans les zones de productions intensives et industrialisées ne permettra pas, je le crains "une discussion apaisée" comme vous le souhaitez.

J'aimerai par ailleurs bien comprendre votre position ("j'ai vu cohabiter le monde sauvage et les communautés humaines dans des situations beaucoup plus délicates, notamment en Afrique"). Le fait que des populations subissent des conditions d’existence difficile pour cohabiter avec des prédateurs justifie-t-il que nos conditions se dégradent ? S’agirait-il d’ailleurs des conditions d'existence de tous les français ou seulement de celles des paysans confrontés aux prédateurs ? 

Allez-vous laisser faire chez nous ce qui s'est fait avec le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) (2) au Botswana, où les bushmen ont été délocalisés (3) sous prétexte de biodiversité ?

En Inde, les peuples indigènes sont illégalement expulsés de force (4) des réserves de tigres pendant que les touristes y sont les bienvenus.
Au Botswana et au Cameroun (5), où cela a pris des proportions démesurées, les peuples indigènes sont accusés de braconnage parce qu’ils chassent pour se nourrir. Ils sont en butte aux brutalités, aux arrestations, à la torture et à la mort tandis que les chasseurs de trophées sont privilégiés. 


Alors oui M. Hulot, ces populations sont dans des situations beaucoup plus délicates que nous autres ruraux français. Nous qui sommes les seuls à subir les conséquences de la prédation pour que les environnementalistes adeptes « du tout sauvage loin de chez eux »  puissent réaliser leur « idéal affectif » de la nature. 

Pendant que nous galérons, sur nos terres en butte à l'ensauvagement.
Pendant que chaque année, plus de 70 000 ha sont artificialisés et sacrifiés sur l'autel de la modernité.
Pendant que dans les zones urbaines et péri-urbaines, nous constatons la débauche du mondialisme ;
Pendant ce temps, dans la ruralité profonde, nos territoires servent à la rédemption des évangélistes adeptes du sauvage à tout crin. Nos terres préservées vont même devenir des « actions de compensation environnementale » une fois que nous aurons dû les quitter par la force des choses.

Vous avez proposé : "j’ai lancé dès aujourd’hui un travail collectif pour co-construire les conditions de coexistence avec le loup."
En visionnant cette vidéo « Message de Nicolas Hulot » (6) on comprend le poids que les fondamentalistes du tout sauvage font peser sur nos représentants élus ou nommés.

M. Hulot vous n'avez de cesse de vous excuser d'avoir accordé le droit aux bergers de défendre leurs troupeaux.Vous allez même jusqu’à espérer que cela ne se traduira pas par la mort du prédateur. 
De notre côté, nous, de jour comme de nuit, nous « croisons les doigts » pour que nos animaux lui échappent.
M. Hulot, qu'attendez-vous ? Que le berger armé ne puisse se défendre ? Ou que plutôt le berger qui refuse de porter les armes se fasse attaquer ? 
Après avoir écouté votre discours culpabilisant, dans quel état psychologique se retrouvera celui, bienveillant envers la biodiversité, qui aura été forcé d'abattre un loup s'en prenant à son troupeau ?
En attendant que vous remettiez tout à plat, combien de bergers auront démissionné? 

Monsieur Hulot, dans certains passages de votre discours ressortent des menaces pour la survie du pastoralisme. 

Mais nous avons aussi entendu des propos qui nous ont touché. 
Des propos justes sur ce que vivent ces ruraux remarquables par leur mode de vie. 
Des propos justes sur le respect qu'ils ont de leur animaux  élevés et sacrifiés pour nourrir sainement nos concitoyens dans la traçabilité, la durabilité et la proximité. 
Des propos justes sur l'impact favorable de leur relation avec  notre biodiversité, nos paysages et nos montagnes. 

Pourtant, ces gens sont devenus aux yeux de certains des parias de la société. Et ce malgré plus de 22 ans d'efforts pour mettre en place massivement tous les moyens de protection possibles et imaginables.
Des parias, parce qu'ils ne parviennent pas à se protéger contre les prédateurs. Je parle ici des éleveurs et paysans traditionnels et des bergers et de tous les petits métiers qui en découlent.

Monsieur le Ministre, c'est le moment ou jamais de prendre rapidement conscience de la réalité : le pastoralisme se meurt. Sans mesure courageuse, le tournant sera définitivement pris. 


Monsieur le ministre, dans l'attente de votre réponse, je vous prie de croire à l'expression sincère de ma considération.





ANNEXE


* USAPR : Union pour la Sauvegarde des Activités Pastorales et Rurales  


plaidoyer pour des écosystèmes non désertés par les bergers : Nos paysages emblématiques de montagnes, collines, bocages et marais sont constitués d’une mosaïque de milieux façonnés au fil des siècles par les pratiques paysannes. La vitalité de ces espaces, de plus en plus appréciés par nos sociétés urbanisées, se dégrade rapidement quand ils ne sont plus entretenus par le pâturage des troupeaux notamment. Or, en de nombreuses régions, les troupeaux subissent l’assaut des loups. Que faire ? La gravité de la situation plaide pour l’adoption de mesures d’urgence, sur le terrain comme dans le domaine réglementaire. http://www.liberation.fr/terre/2014/10/12/plaidoyer-pour-des-ecosystemes-non-desertes-par-les-bergers_1120258

Connaître le point de vue de la Confédération Paysanne : La Confédération paysanne se bat pour une agriculture paysanne, face à une agriculture industrielle prédatrice pour les paysans, les territoires et l’environnement. Elle défend le droit pour les paysannes et paysans de chaque peuple à vivre de leur activité et selon leur culture.
Le constat de la cohabitation impossible entre loups et pastoralisme n’est pas issu d’une idéologie « anti-loup ». Il ne s’appuie pas sur une défense corporatiste mais repose sur l’expérience de paysans bienveillants envers la biodiversité. Cette position est issue de la pratique de paysannes et paysans qui ont, pour certains, passé plus de vingt ans à essayer de « s’adapter », en vain. https://drive.google.com/open?id=0B9HT6mzNQ__VS2lDb3hfMUJPN1E

Le pastoralisme entre agroécologie et prédation, entre foi dans l’avenir et désespérance
Pendant ce temps, dans nos montagnes, dans nos collines, des Alpes aux Vosges et à la Lorraine, des Pyrénées Orientales à la Lozère, il y a des éleveurs et des bergers qui pleurent ; des éleveurs et des bergers qui pleurent des larmes de souffrance, d’impuissance, de désespoir, face aux ravages toujours plus étendus et de moins en moins contrôlables que provoque la prédation sur les troupeaux par les populations de loups en croissance continue et solidement implantées. Dans chaque cas, ce sont des années de travail patient et tenace qui volent en éclats, des vies de familles qui vacillent, la confiance dans les espaces pastoraux qui disparaît, la convivialité avec les randonneurs et autres pratiquants de loisirs en milieu naturel qui laisse place à l’angoisse des risques générés par la présence imposée des chiens de protection. Depuis plus de vingt ans la situation ne cesse d’empirer ; les moyens de protection, massivement mobilisés par les pouvoirs publics et massivement mis en œuvre par les éleveurs, s’avèrent d’efficacité limitée et lourdement contraignants. Encore combien de temps cela pourra-t-il tenir ?
Le Bulletin de l'Association Française de pastoralisme : https://drive.google.com/file/d/0B9HT6mzNQ__VVl9wNHJqLS02VW8/view?usp=sharing

Extrait du livre de L. David Mech et Luigi Boitani, Behavior, Ecology and Conservation : « Pour le dire crûment, de plus en plus de gens aiment le loup, mais de moins en moins comprennent et mesurent son contexte écologique. Après des décennies de plaidoyer en faveur de la conservation du loup, nous sommes maintenant au défi de réorienter cette adhésion vers un raisonnement plus rationnel, contextualisé enfin, en prenant en compte non seulement le loup, mais aussi tout son environnement, y compris les intérêts légitimes de l’homme. /…/ A propos du loup taxé d’«espèce parapluie», de «clé de voûte de la biodiversité», d’«indicateur de la qualité ou de l’intégrité d’un habitat» et autres idées reçues qu’ils ont inspirées eux-mêmes, les auteurs constatent ceci : «Les loups ne méritent pas de tels labels. Si ceux-ci ont été de formidables moyens pour déclencher les émotions, obtenir et réunir rapidement des soutiens au rétablissement des loups, il nous faut prendre conscience que ce furent là des raccourcis pour vendre un produit, plutôt que de bonnes bases scientifiques. Le loup devra être contrôlé partout où il revient. Dans la plupart des cas, le contrôle direct par destruction est habituellement l’unique voie possible.» http://www.liberation.fr/debats/2017/06/26/derriere-le-mythe-juste-un-animal_1579651



































Cette démarche personnelle a reçu le soutient de :
Collectif pour la sauvegarde du pastoralisme dans le Haut Diois, 26310 Les Pres
Association Éleveurs et Bergers du Vercors Drôme-Isère, 26120 Combovin
Collectif des Éleveurs de la Région des Causses et Leur environnement 48,  48 150 Hures La Parade.
Association des amis de l'Aigoual, du Bougés et du Lozère, 48220, Le Pont de Monvert.
Collectif des Éleveurs de la Région des Causses et Leur environnement 12,  12 150 Séverac d'Aveyron.
Association pour l'Équilibre et le Développement du Massif vosgien, 68 160 Thillot