BIENVENUE

Bonjour, bienvenue aux personnes sensées, soucieuses de comprendre ce phénomène de société: "le culte du tout sauvage". Culte qui nous conduit vers une société dans laquelle tout est planifié pour servir des lobbys dont le but est la stérilisation de nos vies par, entre autre, la perte de savoir faire ancestraux et sages, afin d'avoir la main mise sur l'indépendance des peuples.(ouragan)
Les véritables créateurs des parcs nationaux du monde ne sont pas les idéologues et les
évangélistes du mouvement écologiste, mais les peuples indigènes qui ont façonné leurs paysages
grâce à un savoir et une vision emmagasinés à travers d'innombrables générations. (Stephen Corry)


Mes articles sont régulièrement mis a jour, soit par l'actualité les concernant, soit pour en rectifier des erreurs (que vous pouvez me signaler). Ils évolueront donc dans le temps, jusqu'au jour ou une solution pérenne, pour la sauvegarde des ruraux qui vivent de et en accord avec la nature, soit adoptée par nos gouvernements

OUTIL BARRE DE RECHERCHE CI DESSOUS. Entrez un titre, une phrase, un mot et lancer la recherche

Rechercher dans ce blog

dimanche 10 mai 2015

LOUP, LA FACE CACHÉE DES DEFENSEURS DE LA NATURE


La protection de l’environnement devient un marché particulièrement juteux. On connaît déjà le business du développement durable et de la croissance verte. Un pas supplémentaire est toutefois en passe d’être franchi : désormais, les terres, les forêts, les animaux et les végétaux sont transformés en produits bancaires et financiers. De fait, selon le vieil adage « tout ce qui est rare est cher », les espèces vivantes en voie de disparition, les terres et les écosystèmes menacés prennent de la valeur. La nature devient alors un capital sur lequel il est possible de spéculer.
Cette enquête raconte l’histoire de la mainmise économique et bancaire sur les ressources vivantes à l’échelle planétaire, une véritable entreprise de prédation. Elle révèle que des banques et des fonds d’investissement achètent aujourd’hui d’immenses zones naturelles riches en espèces animales et végétales en danger, partout dans le monde, pour les échanger sur des marchés. Elle dévoile également le rôle crucial des lobbies, qui s’activent auprès des institutions européennes et internationales pour favoriser le développement de cette branche financière du green business.
Sandrine Feydel et Christophe Bonneuil nous conduisent en Ouganda, au Brésil, en Amazonie, aux États-Unis et en Malaisie, où des bio-banques « protègent » désormais des écosystèmes en danger. Ils décrivent les dangers auxquels se trouvent alors exposés les populations locales et leur environnement naturel. Ils montrent enfin que ce sont souvent les entreprises les plus destructrices de l’environnement, comme les industries minières et pétrolières, qui s’intéressent à ces marchés, et que les institutions financières responsables de la crise des subprimes en 2008 n’en ont décidément tiré aucune leçon et nous préparent un « krach vert »…
Prédation
Avant-propos
Introduction. L’abeille qui valait 200 milliards
1. La mouche la plus chère du monde 

Ces banques qui gagnent de l’argent grâce aux espèces en voie de disparition
Des biobanques par centaines
2. « Si on laissait faire les écolos, vous et moi en serions réduits à vivre dans des terriers
(Ronald Reagan) »

Environmental backlash
Naissance des marchés de droits à polluer
Les années Reagan : dérégulations environnementales et nouveaux marchés des droits à polluer Les années Bush : extension des marchés de la nature
3. Les marchés de la nature à la conquête du monde
La diplomatie de l’environnementalisme de marché
L’air en banque : naissance du marché mondial du carbone
Banquer la biodiversité, le « capital naturel » et les « services écosystémiques »
4. « Échange forêts anciennes contre plantations »
Comment la Commission Européenne prépare le terrain avec les lobbies
Les gouvernements des pays européens, séduits par les marchés de la biodiversité
Les marchés de la biodiversité : une recette qui se généralise sans preuve de son efficacité réelle
5 – Des multinationales qui lavent plus vert que vert ?
Des « mécanismes de développement » propres ?
Le désert vert
Les mensonges de l’économie verte
6 – Les peuples des forêts pris dans les marchés carbone
Des arbres qui affament
« Un génocide contre la Terre et contre les peuples indigènes »
7. « La Terre est bleue comme une orange »... à presser
La Vision 2050 du lobby des multinationales pour le développement durable
Le blue washing, la Terre lavée en bleu
8. Des arrangements contre-nature
Pantouflage et liaisons dangereuses entre ONG et multinationales
À ce jeu, qui influence qui ?
9. Spéculer sur la biodiversité ? 
La première bourse « verte » du monde
Orangs-outans contre palmiers à huile
Des marchés à la financiarisation
10. La nature coule à flots
De nouvelles représentations scientifiques de la nature
Les nouveaux outils de la finance de la nature
11. La planète entière titrisée ? Les prochaines étabpes
L’eau sous la coupe des marchés
L’agriculture prise dans la finance carbone
Le carbone bleu
Épilogue. La fin des haricots ? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour ceux qui veulent commenter mais qui n ont pas de compte, vous pouvez communiquer par le biais du formulaire de contact en précisant à quel article s adresse le message. Depuis la supression des commentaires anonymes, la haine et la diffamation ont totalement disparues du blog.